British Airways : entente avec Virgin Atlantic punie

La compagnie aérienne British Airways va payer le prix fort, soit 180 millions d'euros, pour s'être illégalement entendue avec sa rivale Virgin Atlantic sur les surtaxes à appliquer aux billets long-courriers pour refléter la hausse du prix du carburant entre août 2004 et janvier 2006.

placeholder
© AP

La compagnie aérienne British Airways va payer le prix fort, soit 180 millions d'euros, pour s'être illégalement entendue avec sa rivale Virgin Atlantic sur les surtaxes à appliquer aux billets long-courriers pour refléter la hausse du prix du carburant entre août 2004 et janvier 2006.

Outre cette amende de 121,5 millions de livres, British Airways (BA) s'adjuge également une amende pour entente illicite du ministère américain de la Justice concernant le fret. Le total de ces amendes devrait selon BA refléter la provision de 350 millions de livres qu'elle a réalisée, équivalent à 20 pc de plus que son bénéfice net de l'an dernier.

L'amende au Royaume-Uni est la plus forte jamais imposée par l'Office de répression des fraudes dans un cas similaire. "Elle montre notre détermination à agir vigoureusement contre ce type de comportement", a noté l'OFT.

Par six fois sur la période incriminée, les deux compagnies sont accusées de s'être entendues pour rehausser cette taxe, arguant de la difficulté de faire face à la hausse du prix du carburant. Elles ont commencé par ajouter 6 livres (9 €) par trajet, pour finir avec 30 livres (45 €) par trajet, soit 90 € par aller-retour.

Virgin Atlantic en revanche ne sera pas sanctionnée : elle bénéficie ainsi de la mesure de clémence appliquée par l'OFT à la première entreprise à collaborer lorsqu'une entente de ce type est mise au jour. Le directeur général de BA Willie Walsh a accusé mercredi les "quelques individus", membres de la compagnie, qui se seraient rendus coupables de ces collusions. Il a condamné ce comportement "inexcusable". Une enquête criminelle, qui devrait là encore épargner le personnel de Virgin Atlantic, est toujours en cours pour déterminer les responsabilités personnelles.

M. Walsh a assuré que la clientèle "n'avait pas été indûment taxée", et ajouté que "les surtaxes de carburant sont un moyen légal de compenser les coûts". Depuis cette affaire, ces surtaxes ont été allégées. L'affaire coûtera à la compagnie, au Royaume-Uni, environ 1,4 pc de son chiffre d'affaires de l'année dernière, alors que l'amende pouvait aller jusqu'à 10 pc. Mais l'OFT a reconnu la coopération de BA pour alléger l'amende. (AFP)