Universal choisit la Belgique pour un test "novateur et exclusif"

Dans notre édition de mardi dernier, nous faisions écho à l'expérience qu'Universal Music Group, leader mondial de l'édition musicale, lancera ce 21 août en matière de téléchargement de fichiers musicaux. Afin de mieux lutter contre le piratage de son catalogue, la filiale de Vivendi va tester la mise en ligne de fichiers dénués d'un système anti-copie. Chaque téléchargement sera facturé entre 89 et 99 cents.

P.-F.L.

Dans notre édition de mardi dernier, nous faisions écho à l'expérience qu'Universal Music Group, leader mondial de l'édition musicale, lancera ce 21 août en matière de téléchargement de fichiers musicaux. Afin de mieux lutter contre le piratage de son catalogue, la filiale de Vivendi va tester la mise en ligne de fichiers dénués d'un système anti-copie ("digital rights management"). Chaque téléchargement sera facturé entre 89 et 99 cents.

Universal n'entend pas limiter sa stratégie à cette seule option. Hier, la "major" a en effet dévoilé à Bruxelles une expérience qualifiée de "novatrice et exclusive". Limitée à ce stade à la Belgique francophone, elle va permettre à 3 000 internautes de télécharger gratuitement, chaque semaine, un morceau récent issu du catalogue d'Universal. "L'expérience est prévue pour durer six mois, a expliqué Jean-Pol Boone, manager d'Universal Music pour la Belgique et le Luxembourg. Elle a un double intérêt. D'une part, évaluer une alternative économique au téléchargement illégal. D'autre part, lancer un message fort à destination du public et des fournisseurs d'accès à Internet (NdlR : souvent accusés d'alimenter les téléchargements illégaux via des plates-formes de "peer-to-peer")".

Pour mener cette expérience, Universal a noué un partenariat exclusif avec NRJ Belgique, lequel se targue d'être le premier réseau radio de la Communauté française sur la cible des 12-34 ans avec 462 000 auditeurs par semaine. "Ce n'est certainement pas la panacée universelle contre le téléchargement illégal de musique, mais une ébauche de solution", a souligné Bruno Van Sieleghem, patron de NRJ Belgique.

Un troisième partenaire est associé à l'opération : Renault. Non pas le chanteur, mais la marque automobile qui, pour promotionner sa nouvelle Twingo, financera toute l'opération. On est donc clairement en présence d'un "business model" de téléchargement légal financé par un gros annonceur.

Et, en cas de succès, Universal envisage déjà de l'étendre en dehors de nos frontières.