Le pétrole se replie sous les 96 dollars

Le prix du baril de brut s'est replié sous les 96 dollars lors des échanges asiatiquesLe prix du baril de brut de pétrole, qui avait battu des records mercredi dépassant les 98 dollars, était en repli jeudi dans les échanges électroniques en Asie, sous les 96 dollars, après la publication d'un recul moins marqué que prévu du niveau des réserves pétrolières américaines. Acheter de l'or, oui mais comment? Acheter aux Etats-Unis, vite!

Le pétrole se replie sous les 96 dollars
©AP
AFP

Le prix du baril de brut s'est replié sous les 96 dollars lors des échanges asiatiques Le prix du baril de brut de pétrole, qui avait battu des records mercredi dépassant les 98 dollars, était en repli jeudi dans les échanges électroniques en Asie, sous les 96 dollars, après la publication d'un recul moins marqué que prévu du niveau des réserves pétrolières américaines.

Dans les échanges matinaux en Asie, le baril de "light sweet crude" pour livraison en décembre abandonnait 1,05 dollar à 95,32 dollars le baril contre 96,37 dollars mercredi soir à New York.

Le Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre perdait 97 cents à 92,27 dollars. Mercredi, le baril de "light sweet crude" américain a franchi pour la première fois les 98 dollars à New York, poussant jusqu'à 98,62 dollars, et le Brent de la mer du Nord a dépassé les 95 dollars, avec un pic à 95,19 dollars. A la clôture mercredi à New York, le baril de "light sweet crude" pour livraison en décembre s'est cependant replié de 33 cents à 96,37 dollars.

Dans l'environnement actuel caractérisé par un équilibre de plus en plus précaire entre l'offre et la demande et par une forte dynamique des prix, la cible des 100 dollars semble cependant un objectif réaliste, selon les courtiers.

"Le potentiel existe pour atteindre la barre des 100 dollars. Il existe assez de bonnes raisons pour que le pétrole grimpe, surtout si le dollar continue à chuter", a estimé Mark Pervan, analyste à la banque australienne ANZ Bank. La baisse du dollar face à l'euro participe aussi pour les analystes à la flambée de l'or noir. Un nouveau plus bas historique à 1,4704 dollar pour un euro a été atteint mercredi, la monnaie américaine étant toujours plombée par des craintes de ralentissement économique et la baisse des taux d'intérêts aux Etats-Unis.

Le repli du baril de brut s'explique essentiellement par la publication d'un recul moins marqué que prévu du niveau des réserves pétrolières américaines, selon les analystes. Le département américain à l'Energie a pris le contre-pied du marché mercredi en annonçant un recul de seulement 800.000 barils de stocks de brut, quand les analystes s'attendaient à 1,7 million de barils.

Particulièrement observés avec l'arrivée de l'hiver, les stocks de produits distillés (gazole et fioul de chauffage) ont même progressé de 100.000 barils à 135,4 millions de barils, alors que les analystes tablaient sur une baisse de 800.000 barils.

Sur le même sujet