Les soldes, c'est maintenant seulement

Les soldes d'hiver ont ceci de particulier qu'ils débutent au surlendemain d'un congé (le 3 janvier). Pas au... lendemain (le 2 janvier) qui est censé permettre aux commerçants de faire leur inventaire, de décrocher leurs décorations de fêtes, de préparer leurs étiquettes rouges de prix barrés... Pendant les 6 semaines précédant le 3 janvier inclus, l'annonce ou la suggestion de réductions de prix, sous quelque forme que ce soit (affiches "soldes", prix barrés ou ronds...), est interdite.

Charlotte Mikolajczak
Les soldes, c'est maintenant seulement
©BELGA

Les soldes d'hiver ont ceci de particulier qu'ils débutent au surlendemain d'un congé (le 3 janvier). Pas au... lendemain (le 2 janvier) qui est censé permettre aux commerçants de faire leur inventaire, de décrocher leurs décorations de fêtes, de préparer leurs étiquettes rouges de prix barrés... Pendant les 6 semaines précédant le 3 janvier inclus, l'annonce ou la suggestion de réductions de prix, sous quelque forme que ce soit (affiches "soldes", prix barrés ou ronds...), est interdite.

La plupart des consommateurs ont bien intégré la loi et donc la date : dans les rues commerçantes comme dans les shoppings, il n'y avait pas foule ce mercredi. Juste quelques badauds qui semblaient se promener dans les rayons, préparant les affaires du lendemain. "C'est une journée intermédiaire, de repérage , explique Nicole Falloise, shopping center manager de City 2. Mais peut-être plus cette année. En décembre, le taux de fréquentation du shopping a été en légère augmentation par rapport à décembre 2006. Mais sans impact sur les chiffres de vente."

Par contre, apparemment du moins, les commerçants, eux, se sont quelque peu égarés dans un texte de loi qui est pourtant très clair. Pas tant rue Neuve, au Meir et dans les shoppings centers, où ils se sentent plus surveillés. Mais très ostensiblement dans les quartiers commerciaux moins courus (par les consommateurs autant que par les inspecteurs du SPF Economie, croient-ils). Exemple rue des Tongres à Bruxelles. Dans les vitrines de plusieurs maroquineries et magasins de chaussures, les prix inscrits en rouge voire même barrés étaient déjà apposés sur chaque produit. Plus loin, une grande affiche "soldes" colorée barrait un quart de la vitrine sous laquelle, comme les conditions écrites en minuscule dans les contrats commerciaux, avait été collé à la va-vite un morceau de papier précisant "à partir du 3 janvier". Dans un magasin de vêtements, la vendeuse répétait à l'envi que les prix étaient soldés : pour connaître la réduction, il suffisait de retourner l'étiquette dans le coin de laquelle un chiffre était inscrit au crayon, 3 pour - 30 pc, 4 pour - 40 pc... A coup sûr, les chaînes ayant pignon sur rue ne soldaient pas ou le faisaient plus discrètement, mais l'heure était déjà aux soldes.

Stocks importants

Est-ce à dire que les affaires ont été tellement médiocres qu'il faut s'y prendre un jour plus tôt ? "Les stocks sont importants , confirme Paskal Deboosere, porte-parole de la Fedis. Mais moins importants qu'ils ne l'étaient l'an dernier à pareille époque." Pour preuve, les derniers contrôles du SPF Economie ne signalent pas plus d'infractions qu'avant. "La saison a été médiocre, certes, mais pas au point de faire souffler un vent de panique sur les détaillants" , ajoute-t-elle. Et c'est vrai que les 2 janvier 2004, 2005, 2006 et 2007, pour ne citer que ces dernières années, il y avait aussi des soldes sous le manteau.

Quant à cette édition 2008, impossible de prédire son succès ou son insuccès. "Le temps froid va sans doute nous servir" , conclut Nicole Falloise, qui se dit que le boom des repérages pourrait peut-être aussi être significatif.


Infractions Les chaînes de magasins E5 Mode (c'est nouveau) et Galeria Inno (cela fait plusieurs années) ne respectent pas la législation en matière de présoldes, selon le Syndicat neutre pour indépendants (SNI). La première aurait invité ses clients à venir réserver des vêtements entre le 28 décembre et le 2 janvier pour être sûrs de pouvoir les acheter à prix réduit au début des soldes. La seconde proposerait aux porteurs d'une carte Visa des réductions de 30 à 50 pc. Le SNI, qui compte introduire une plainte, estime que le système de sanction doit être modifié. "Les cas de récidive prouvent , dit-il, l'insuffisance et l'inefficacité des amendes qui sont comprises dans la stratégie de vente et les frais des grandes chaînes." Il propose donc "d'établir les amendes en fonction de la taille du magasin et de son chiffre d'affaires" .

Sur le même sujet