Vent de fronde contre Dexia et Fortis

La commune de Schaerbeek va mandater un avocat afin de faire la clarté sur la gestion de la banque Dexia, dont l'action a perdu 56 pc en un an, et sur celle de certains produits, a révélé samedi le "Soir". La perte patrimoniale est sérieuse pour les communes en général.Edito: Banquiers : la rupture de confiance

Vent de fronde contre Dexia et Fortis
©TANGUY JOCKMANS

La commune de Schaerbeek va mandater un avocat afin de faire la clarté sur la gestion de la banque Dexia, dont l'action a perdu 56 pc en un an, et sur celle de certains produits, a révélé samedi le "Soir". La perte patrimoniale est sérieuse pour les communes en général. Ainsi Schaerbeek détient-elle un million d'euros en actions Dexia et est-elle, avec 3,26 pc, un des plus gros actionnaires du holding communal. Les communes sont en effet actionnaires de Dexia, soit directement, soit via le holding communal qui représente 16,35 pc du capital du groupe franco-belge. Les communes s'inquiètent également de la réduction du dividende de Dexia. "Pour Schaerbeek, celui-ci représente 4,3 millions d'euros, sur un bud get total d'environ 160 millions d'euros", affirme Michel De Herde, échevin du budget. Schaerbeek va mandater un avocat spécialisé afin de "prendre toutes les mesures utiles pour exiger du holding communal et de Dexia la conservation de ses intérêts", précise encore M. De Herde. Francis Vermeiren, bourgmestre de Zaventem et président du holding communal, Serge Kubla, bourgmestre de Waterloo et administrateur du holding, et Anne-Sylvie Mouzon conseillère communale à Saint-Josse et vice-présidente du holding, "devraient remettre leur mandat en jeu", tout comme Pierre Richard et Axel Miller, le président et le patron du groupe franco-belge, estime encore l'échevin schaerbeekois. L'avocat mandaté par Schaerbeek devrait également se pencher sur les crédits structurés offerts par Dexia à la commune. "Nous voudrions savoir pourquoi les taux sur ces crédits augmentent régulièrement", se demande Michel De Herde. Interrogé par la RTBF, Axel Miller, patron du groupe, a insisté sur le caractère "imprévisible" de la crise financière et demandé de ne "pas faire d'amalgame avec d'autres banques". Surprenant coup de griffe...

A ce propos, après le club d'actionnaires flamands VFB, c'est au tour des petits porteurs néerlandais VEB de critiquer la gestion de la direction de Fortis. Ceux-ci veulent la convocation d'une assemblée générale extraordinaire et déplorent que Jean-Paul Votron, patron de Fortis, n'ait jamais divulgué ces derniers mois la mauvaise situation financière du groupe. Le club d'investisseurs flamands VFB va plus loin et exige à son tour la démission du patron. Quant à Spaarverlies, qui défend les petits actionnaires de Lernout et Hauspie, elle réclame la démission du comité de direction.

P. Lo (avec Belga)


Un riche Russe dans le capital de Fortis Le milliardaire russe Suleyman Kerimov, un des hommes les plus riches du monde, a acheté pour 400 millions d'euros de nouvelles actions du bancassureur Fortis, indique lundi The Wall Street Journal, citant des sources anonymes. Kerimov aurait acquis ses parts via une de ses filiales suisses d'investissement, le Millenium Group, qui possède déjà 2% de Fortis. Kerimov est connu en Belgique pour être un des clients privés de l'hôpital militaire de Neder-over-Heembeek.

Sur le même sujet