Les pixels crèvent l'écran

C'est dans la périphérie est de Berlin que la seconde édition 2008 de l'IFA déploie jusqu'à ce mercredi ses nouveautés. Tentaculaire avec ses 100000 m2, cette cité dans la ville héberge à travers une trentaine de halls d'exposition les dernières innovations high tech.

Les pixels crèvent l'écran
©EPA
Michi-Hiro Tamaï

C'est dans la périphérie est de Berlin que la seconde édition 2008 de l'IFA déploie jusqu'à ce mercredi ses nouveautés. Tentaculaire avec ses 100000 m2, cette cité dans la ville héberge à travers une trentaine de halls d'exposition les dernières innovations high tech. Avec pour cette édition une emphase sur le Home Cinéma via des téléviseurs écran plat toujours plus performants. Et l'arrivée d'une nouvelle section dédiée à l'électroménager autrefois absent de l'événement.

Rejoignant la convergence téléphonie, télévision et multimédia, les produits blancs (électroménagers) s'invitent pour la première fois au sein de la grand-messe européenne bisannuelle de l'électronique. Plus habitués à s'émerveiller devant des PC ultraplats ou des baladeurs multimédias wi-fi, les amateurs de gadgets high tech n'ont prêté que peu d'attention aux robots mixeurs multicolores et autres machines à laver intelligentes analysant le poids du linge pour adapter la quantité d'eau utilisée. Mais les frigos multimédias ont recueilli les faveurs du public. A l'image du coolMedia vita Fersh de Siemens, meuble design noir laqué monolithique intégrant un écran plat HD de 43 cm de diagonale. Singulière, l'initiative de Gorenje entend amener iPod et iPhone vers nos garde-manger. Au-delà de la station docks avec amplificateur et haut-parleurs intégrés, le constructeur slovène prévoit une série d'applications pour gérer recettes, listes de courses et stocks grâce à l'application iGorenje pour iPhone.

Remarquée, cette incursion du blanc demeurait encore timide face à la débauche de téléviseurs LCD, Plasma et LED présentés au salon. Quatre tendances se démarquent parmi les plus grands acteurs du secteur. La course aux hertz pour une image plus stable, le développement du LED au détriment du LCD/Plasma pour un meilleur contraste et un bilan énergétique réduit, la montée en puissance d'écran vraiment ultraplats (que l'on peut enfin accrocher facilement au mur) et la disparition progressive des multiples câbles (magnétoscope numérique, console de jeu, alimentation...) par des solutions sans fil (wireless HD 1.0) ou unifilaires.

Plats et performants

Emblématique de ces deux dernières tendances, l'Essence de Philips se la joue hyperplat avec une diagonale d'un mètre et seulement 2 centimètres d'épaisseur. Disponible fin septembre à 2500 € sous nos latitudes, ce téléviseur Full HD ne nécessite qu'un seul câble de branchement (électricité, son et image) à relier vers une Connectivity Box qui gère l'alimentation et les multiples connexions (coaxiales, péritel, hdmi, usb). Un téléviseur mural "tableau" qui permet d'éviter les réseaux de câblages disgracieux. Côté taux de rafraîchissement, on retiendra ses 2 millisecondes qui le placent au-dessus des standards disponibles en magasin actuellement.

De son côté, Sony et son Bravia ZX 1 signent un semi-exploit. Encore privé de date de sortie, cet écran se targue d'être le plus fin au monde : 1 cm d'épaisseur... dans sa partie la plus fine ! Car certaines zones dépassent encore allégrement cette mensuration de rêve. Connectique, alimentation et tuner se déportent cette fois du cadre vers la base du pied de l'appareil. A noter par ailleurs que Sony et Samsung annonçaient chacun de leur côté lors du salon le premier téléviseur 200 Hz au monde (contre 100 Hz pour les téléviseurs haut de gamme actuels), pour une image hyper stable même lors de mouvements de caméra rapides. La guerre des TV écrans plats ne s'arrêtera pas de sitôt d'autant que Sharp dévoilait son Aquos XS1, téléviseur de 2,3 cm d'épaisseur (prévu pour octobre) gérant un contraste de 1000000 : 1 rendu possible grâce à un rétro éclairage dynamique au LED (entre autre en développement chez Sony et Philips). Très intéressant, en attendant que l'affichage OLED - pour l'instant à l'état de semi-prototype - n'arrive à maturité.

Enfin, LG continue à investir dans des plasmas toujours plus performants et Panasonic en jette plein la vue avec son Plasma Vera de 3 m 80 de diagonale. Ce dernier présentait par ailleurs le DMR-BW500 (1800 €), premier lecteur/enregistreur Blu-Ray en Europe épaulé d'un disque dur de 500 Go et d'un double tuner TNT HD. Utilité ? Enregistrer deux programmes en Full HD, tout en visionnant un troisième. Encore faudra-t-il que le contenu suive...