Le GPS augmente la réalité

L'écrémage des GPS automobiles se poursuit. ViaMichelin et Sony ont quitté la route, Navman a été avalé par Mio et Philips préfère ne plus y penser. Les survivants tentent donc de se spécialiser. Calcul de trajet et connectivité audacieuse chez TomTom, versatilité technique chez Mio, rapport prix/ équipement généreux chez Medion...

Le GPS augmente la réalité
©Bernard Demoulin
Michi-Hiro Tamaï

L'écrémage des GPS automobiles se poursuit. ViaMichelin et Sony ont quitté la route, Navman a été avalé par Mio et Philips préfère ne plus y penser. Les survivants tentent donc de se spécialiser. Calcul de trajet et connectivité audacieuse chez TomTom, versatilité technique chez Mio, rapport prix/ équipement généreux chez Medion... les constructeurs fourbissent leurs armes pour cette rentrée 2008. Grosse surprise néanmoins du côté de Blaupunkt, plus habitué à jouer les outsiders qu'à se retrouver sous les projecteurs. Pour la première fois au monde, le rare, balbutiant mais prometteur concept de réalité augmentée se retrouve sur nos routes.

Blaupunkt avait été le premier à proposer dans les années nonante un système de navigation rudimentaire intégré à un autoradio. Mais le fabricant allemand a pris trop tard le train des GPS autonomes, emmené par TomTom et Garmin. La récente présentation de son concept de "vidéonavigation" annoncé sur les TravelPilot 500 et 700 (sortie prévue en novembre à 499,99 et 599,99 €) change la donne. Et ouvre une nouvelle voie (voir ci-contre). Principe ? Plutôt que d'afficher une carte, le GPS automobile filme la route en direct - via une caméra placée sur son dos - pour diffuser les images sur son écran LCD. Une série d'icônes et de flèches "collées" en temps réel sur cette retransmission indiquent à l'automobiliste les directions à prendre. Nettement plus éloquent que sur une carte numérique !

"Mais la principale innovation vient de la reconnaissance par la caméra des panneaux de limite de vitesse. Si le GPS est bien placé, il peut en direct vérifier la véracité des données de limitation et les corriger au besoin", précise Yvan Stas, Product Manager de Blaupunkt Benelux. "Nous voulons développer des GPS axés sur la sécurité. Nos prochains appareils seront en outre équipés d'avertisseurs de virages dangereux. Grâce à une série de données, nous avons également intégré une option permettant de calculer les trajets les moins polluants en matière d'émissions de CO2."

Un GPS qui "lit" les panneaux

Face à ce coup d'éclat, TomTom veille au grain. Le numéro un des ventes en Europe a annoncé le GO 630, un GPS moyen de gamme. Permettant de réellement gagner du temps, son génial logiciel IQ Routes calcule les trajets selon la morphologie du trafic (heures de bureau, vitesses moyennes constatées sur les axes et rues, feux rouges potentiels...). Un atout majeur. Disponible entre autres aux Pays-Bas, le service HD Traffic de Tom Tom n'a pas encore de date de lancement pour la Belgique. Regrettable vu que ce système livre des données info trafic en temps réel particulièrement exhaustives.

Chez Garmin, les nouveaux Nüvi 755, 765T et 775 (de 369 à 449 €) accèdent à l'affichage de bâtiments historiques en 3D, de panneaux d'échangeurs et de bandes de circulation. Déjà vu ailleurs. Après un changement de logiciel cartographique décevant, Mio propose à contre-courant de nouvelles évolutions hardware. Au-delà de son GPS autonome C728 misant sur le multimédia, le Leap K1 se pose comme un smartphone bicéphale. Une excentricité affichant un écran sur ses deux faces : l'un pour téléphoner et l'autre pour la navigation routière. Enfin, les P5235, P5435 et X5535 de Medion (de 249 à 349 €) se dotent entre autre de série d'un grand écran géant de 13 cm, d'un émetteur FM pour diffuser le son du GPS dans l'habitacle, d'un lecteur biométrique d'empruntes pour "verrouiller" l'appareil et de l'info trafic RDS/TMC. Pas vraiment révolutionnaire, mais probablement le meilleur rapport prix-prestation de cette rentrée. Un argument réaliste par les temps qui courent.