Les "machos" sont mieux payés

Les hommes sexistes, qui ont une vision plutôt "traditionnelle" de la place de la femme dans la société, ont des revenus plus élevés que leurs collègues masculins qui affichent un mode de pensée plus "moderne" à l'égard de la gent féminine, souligne le journal britannique "The Independent", qui se fait l'écho mardi d'une étude publiée par le "Journal of Applied Psychology".

placeholder
© Olivier Pirard
Belga

Les hommes sexistes, qui ont une vision plutôt "traditionnelle" de la place de la femme dans la société, ont des revenus plus élevés que leurs collègues masculins qui affichent un mode de pensée plus "moderne" à l'égard de la gent féminine, souligne le journal britannique "The Independent", qui se fait l'écho mardi d'une étude publiée par le "Journal of Applied Psychology". Si l'on en croit ce dernier, le phénomène serait inversé chez les femmes: celles qui ont une approche des choses plus "féministe" seraient mieux rémunérées que leurs collègues plus "traditionnelles".

Des chercheurs en Floride ont interrogé 12.686 hommes et femmes une première fois en 1979, et ont entendu les mêmes personnes à trois reprises au cours des décennies suivantes, les dernières entrevues ayant eu lieu en 2005. Le questionnaire portait sur le rôle de la femme dans la société. Il ressort des réponses formulées en leur âme et conscience par les participants, que les écarts se sont fortement réduits entre les représentants des deux sexes en ce qui concerne par exemple une vision jadis (très) bien ancrée de la "femme au foyer".

En 2005 toutefois, lorsqu'il s'est agi d'aborder le volet financier des prestations professionnelles, un nouveau fossé s'est fait jour: parmi les hommes, les "machos" percevaient des émoluments plus importants que leurs collègues ayant une mentalité moins étriquée quant à la place de ces dames dans la société, ce qui fait dire à certains que le "machisme" a encore de beaux jours devant lui.

D'un autre côté, les femmes que l'on qualifie à tort ou à raison de "féministes" sont mieux rétribuées (1.500 dollars de plus) que leurs collègues qui se semblent se satisfaire d'un certain conformisme, à tort ou à raison ici aussi. Cette dernière catégorie gagne également sensiblement moins que les mâles dont l'appréciation du rôle de la femme dans la société est plus ouverte.