Ryanair tire son épingle du jeu

Les compagnies aériennes des îles britanniques ont affiché vendredi des performances contrastées : British Airways s'est dite victime de la crise financière et Aer Lingus a annoncé le lancement d'un plan d'économies, tandis que Ryanair faisait état d'un bond de sa fréquentation.

AFP
Ryanair tire son épingle du jeu
©EPA

Les compagnies aériennes des îles britanniques ont affiché vendredi des performances contrastées : British Airways s'est dite victime de la crise financière et Aer Lingus a annoncé le lancement d'un plan d'économies, tandis que Ryanair faisait état d'un bond de sa fréquentation.

British Airways (BA) a dégainé la première en annonçant une chute de 5,6% de son nombre de passagers en septembre, et en affirmant que ses réservations étaient affectées par "la forte anxiété sur les marchés financiers et les perspectives économiques incertaines", faisant chuter son cours de Bourse de 7,13%.

Sur le mois, l'ex-compagnie nationale britannique a vu son trafic chuter de 8,6% en première classe et de 4,1% en classe économique, et son taux de remplissage a reculé de 4,3 points, à 74%. "Les conditions d'activité restent difficiles. Le trafic première classe long courrier s'est affaibli après l'été et les réservations sont affectées par la forte anxiété sur les marchés financiers et les perspectives économiques incertaines", a souligné BA, alors que les principaux cabinets de conjoncture du pays prédisent une entrée en récession du Royaume-Uni au second semestre.

Aer Lingus, compagnie aérienne à bas prix irlandaise, a suivi quelques heures plus tard en annonçant qu'elle allait mettre en place un plan "d'urgence" de réduction de ses coûts, pour faire face à l'envolée des coûts du pétrole et à la dégradation de l'environnement économique. "Le conseil d'administration a décidé (...) de mettre en place un plan de réduction de coûts pour dégager des économies substantielles, indispensables au maintien de la viabilité à long terme et à l'indépendance du groupe", a déclaré le groupe irlandais dans un communiqué, sans chiffrer ni préciser la teneur des mesures qu'il envisage. Les salariés seront consultés la semaine prochaine sur les modalités.

En revanche, l'autre compagnie à bas coûts irlandaise, Ryanair, qui est par ailleurs le principal actionnaire d'Aer Lingus, devant le gouvernement irlandais, a tiré son épingle du jeu en faisant état d'un bond de 20% du nombre de ses passagers en septembre par rapport au même mois de 2007, à 5,23 millions.