BNP: "Ayez confiance!"

"Ayez confiance! " Voilà résumé en quelques mots les propos tenus lundi après-midi par Baudouin Prot, l'administrateur-directeur général de BNP Paribas, le groupe français qui a acquis, pour 14,5 milliards d'euros, les activités bancaires et d'assurances de Fortis Belgique.

BELGA

"Ayez confiance! " Voilà résumé en quelques mots les propos tenus lundi après-midi par Baudouin Prot, l'administrateur-directeur général de BNP Paribas, le groupe français qui a acquis, pour 14,5 milliards d'euros, les activités bancaires et d'assurances de Fortis Belgique. "Cette acquisition est une étape majeure dans la construction d'un grand groupe européen", a-t-il déclaré en affirmant que pour les clients, "les jours d'inquiétude se conjuguent désormais au passé".

Rassurant pour les consommateurs, le discours tentait également de calmer le jeu vis-à-vis des employés et des actionnaires du bancassureur. "Le personnel peut avoir confiance en sa banque. Par ailleurs, nous sommes conscients des responsabilités que nous avons envers l'économie belge", a souligné le patron de BNP Paribas.

Le pouvoir de décision, notamment en matière de crédits, restera en Belgique, a-t-il encore assuré. Quant à la marque "Fortis", elle devrait elle aussi survivre à la crise qui a frappé de plein fouet le groupe.

BNP, satisfait du prix, veut rassurer clients français et belges

BNP Paribas a jugé lundi "très correct" le prix qu'il s'est engagé à payer pour la reprise des activités bancaires et d'assurance de Fortis en Belgique et au Luxembourg, une acquisition qui n'a "rien d'un canard boiteux" selon le patron du groupe français. "Je vais le dire assez brutalement: ce prix est tout à fait correct"/i>, a déclaré le directeur général de BNP Paribas, Baudouin Prot, qui voit son groupe passer au premier rang des banques de dépôts de la zone euro.

M. Prot s'exprimait lors d'une conférence de presse à Bruxelles quelques heures après la reprise pour 14,5 milliards d'euros de 75% de Fortis Banque Belgique, de 100% de Fortis Assurance Belgique et de 67% supplémentaires de Fortis Banque Luxembourg. "J'ajoute qu'il n'y avait pas beaucoup d'autres groupes qui avaient la solidité, les moyens et la confiance dans l'avenir de faire ce que nous avons fait. Il faut avoir les reins solides et les nerfs bien accrochés pour ce genre d'opération. Nous avons les deux", s'est réjoui le patron français.

Interrogé par un journaliste qui lui demandait si les clients français de BNP Paribas ne devait pas s'inquiéter du rachat d'un "canard boiteux", le patron français a vigoureusement récusé le terme. "Fortis n'est ni un canard, ni boiteux", a-t-il lancé.

Baudouin Prot s'est aussi efforcé de rassurer les Belges, notamment les épargnants, déboussolés par la tempête qui a vu en quelques jours Fortis, le premier groupe financier du pays être coupé de ses activités aux Pays-Bas et passer sous le double giron de BNP et de l'Etat belge. "Il est hautement probable que le réseau d'agences continuera sous le nom de Fortis", a-t-il expliqué, en soulignant que le groupe français ne disposant pas d'agences de détail en Belgique et au Luxembourg, il ne faudra pas "fusionner deux réseaux". "Il n'y a pas de doute que Fortis Bank Belgium, avec une gouvernance renouvelée, restera une banque avec une assise belge, avec un centre de décision à Bruxelles", a-t-il dit, alors que la presse du royaume fustigeait lundi matin le passage de la première banque du pays dans des mains françaises.

Sur le même sujet