Le secteur bancaire allemand pris dans la tempête

Hier soir, le gouvernement et le secteur bancaire sont tombés d'accord pour porter à 50 milliards d'euros une ligne de crédit afin d'éviter la faillite de la Hypo Real Estate (HRE), quatrième banque d'Allemagne, a annoncé le ministère des Finances.

P.-F.L.

Hier soir, le gouvernement et le secteur bancaire sont tombés d'accord pour porter à 50 milliards d'euros une ligne de crédit afin d'éviter la faillite de la Hypo Real Estate (HRE), quatrième banque d'Allemagne, a annoncé le ministère des Finances. Le secteur financier va accorder "une ligne de crédit supplémentaire de 15 milliards d'euros", en plus de celle de 35 milliards d'euros dont l'Etat s'était en grande partie porté garant, selon un communiqué du ministère.

L'opération a été pilotée par le gouvernement, la banque centrale d'Allemagne et l'autorité de surveillance des marchés (Bafin) ainsi que des représentants du secteur bancaire et des assurances.

Prise à son tour dans la tourmente de la crise financière, l'Allemagne a pris une mesure tout à fait exceptionnelle, dimanche, en apportant la garantie illimitée de l'Etat aux dépôts des particuliers pour éviter une ruée sur les banques. Au même moment et tout au long du week-end, le gouvernement avait tenté d'empêcher ni plus ni moins que la faillite de la quatrième banque privée du pays.

La première économie européenne est confrontée à une crise sans précédent depuis que la Hypo Real Estate - cotée à la Bourse de Francfort - avait annoncé samedi soir l'échec d'un plan de sauvetage adopté quelques jours plus tôt. L'opération initiale mise au point entre les pouvoirs publics et un consortium de banques avait en effet échoué en raison du refus des banques de fournir les lignes de liquidités prévues, selon la HRE. Les banques qui avaient prévu de venir en aide à HRE avaient, semble-t-il, retiré leur garantie en découvrant ses besoins réels en liquidités, qui seraient près de trois fois supérieurs aux 35 milliards prévus par le plan de sauvetage rejeté.

Malmenée depuis le dépôt de bilan de la banque américaine Lehman Brothers, la HRE aurait besoin de 20 milliards d'euros en argent frais d'ici la fin de la semaine prochaine, de 50 milliards d'ici la fin de l'année et de 70 à 100 milliards d'ici fin 2009. Malgré d'évidentes erreurs, la banque doit être stabilisée, a affirmé le ministre des Finances Peer Steinbrück, "sinon les dommages seraient importants non seulement pour l'Allemagne mais aussi pour nombre de services financiers avec lesquels nous avons des liens en Europe".

L'accord intervenu dimanche soir va-t-il permettre d'éviter le pire?

Sur le même sujet