BNP Paribas cherche à rassurer

Lundi 14 heures, hôtel Sheraton à Bruxelles. C'est là que BNP Paribas a convié la presse belge et internationale pour parler du rachat de l'essentiel des actifs de Fortis. Les journalistes se bousculent. Le patron, Baudouin Prot, chevelure ondulante et sourire un peu crispé, a l'attitude du conquérant. Du conquérant qui veut toutefois ménager sa conquête. Les chiffres-clés de BNP Paribas

AvC

Lundi 14 heures, hôtel Sheraton à Bruxelles. C'est là que BNP Paribas a convié la presse belge et internationale pour parler du rachat de l'essentiel des actifs de Fortis. Les journalistes se bousculent. Le patron, Baudouin Prot, chevelure ondulante et sourire un peu crispé, a l'attitude du conquérant. Du conquérant qui veut toutefois ménager sa conquête. "Pour BNP, c'est une étape majeure dans la construction d'un grand groupe européen", commente-t-il sans prendre la précaution de dire quelques mots en néerlandais. Par cette acquisition, la banque française poursuit une stratégie entamée en 2006 avec le rachat de la banque italienne BNL.

Très vite, il salue les Etats belge et luxembourgeois "qui ont pris leur responsabilité". Il parle aussi de la "solidité du fonds de commerce" de Fortis. "Les forces en présence font que très vite nous allons reprendre le développement des activités". Il veut aussi rassurer tant les clients que le personnel. "Pour les clients et les déposants, les jours d'inquiétude se conjuguent au passé", explique-t-il. D'après lui, "il n'y a pas de meilleur endroit que BNP pour mettre ses dépôts. Très vite, les choses vont rentrer dans l'ordre".

"Prix correct"

Pour prendre le contrôle de l'assurance de Fortis en Belgique et de Fortis Banque, la banque française paie 14,5 milliards dont 9 milliards sous forme de nouvelles actions (qui reviendront aux Etats belge et luxembourgeois). N'est-ce pas très bon marché pour s'octroyer la première banque du pays et des actifs lucratifs comme l'assurance ? Interrogé sur ce point, Baudouin Prot a jugé "le prix tout à fait correct". Et d'ajouter qu'il n'y avait pas beaucoup d'autres groupes qui avaient "la solidité, les moyens et la confiance" pour faire une telle offre.

Il a aussi catégoriquement rejeté l'hypothèse selon laquelle BNP Paribas aurait racheté un canard boiteux. "Les difficultés de Fortis proviennent certainement de l'acquisition d'ABN Amro. Le timing, le prix d'achat et les pertes sur le portefeuille de crédits structurés ont été malheureureux", a-t-il rappelé. Tout en ajoutant que "Fortis n'est pas le seul groupe bancaire à être frappé par une crise exemplaire. Fortis n'est pas un canard et encore moins boiteux". Pour lui, dire cela c'est "insultant pour l'économie belge, pour les clients et pour les salariés".

Son message se voulait au contraire positif. Il a même dit "ressentir tout à fait la responsabilité que nous avons à l'égard de l'économie belge. C'est vrai aussi pour l'économie belge".

Synergies

Il s'est montré très prudent sur les synergies, en particulier au niveau des services centraux des deux banques. "Il y aura vraisemblablement un certain nombre de synergies possibles mais il est trop tôt pour en parler", a rétorqué Baudouin Prot

Il a assuré que le centre de décision, notamment en matière de crédits, resterait en Belgique.

Il a aussi évoqué "la langue et la culture professionnelle qui sont très proches" entre les deux groupes.

La collaboration entre les deux équipes va commencer dans les prochains jours. Plus d'une fois, il a veillé à envoyer un message positif à l'opinion publique.

Concept de bancassurance

Avant cela, il n'avait pas manqué de rappeler que BNP Paribas est une des trois banques "les mieux notées au monde". Il parle d'un acteur "plus solide, plus puissant, plus au service de ses clients".

L'acquisition de Fortis va en tout cas permettre à BNP Paribas de faire un bon en avant dans des activités comme l'asset management (gestion d'actifs) et le "private banking". Et si BNP Paribas a racheté les activités assurance, c'est pour maintenir le concept de bancassurance "dont Fortis est un des inventeurs et a porté très haut l'efficacité du modèle".

Sur le même sujet