Des racines belges pour un géant mondial

Il faut remonter au XXIe siècle pour retrouver la trace de ce qui allait devenir le groupe BNP Paribas. Parallèlement, se développèrent à Amsterdam, Anvers et à Paris, deux institutions financières distinctes : la Banque de Crédit et de Dépôt des Pays-Bas, d'une part, et la Banque de Paris, d'autre part.

P.-F.L.

Il faut remonter au XXIe siècle pour retrouver la trace de ce qui allait devenir le groupe BNP Paribas. Parallèlement, se développèrent à Amsterdam, Anvers et à Paris, deux institutions financières distinctes : la Banque de Crédit et de Dépôt des Pays-Bas, d'une part, et la Banque de Paris, d'autre part.

BNP Paris ne verra le jour que le 23 mai 2000, lorsqu'une assemblée générale mixte entérina la création du groupe, doté à l'époque de 77 000 collaborateurs répartis dans 83 pays et d'un résultat net d'1,3 milliard d'euros. D'emblée, la nouvelle entité se classa aux premiers rangs français et européens.

Au cours des huit dernières années, le groupe français n'a cessé de croître. Avant le rachat de Fortis, on recensait quelque 170 000 collaborateurs (dont une petite moitié en France) présents dans 85 pays. Au 30 juin dernier, le produit net bancaire de BNP Paribas s'élevait à 7,5 milliards d'euros et le résultat net (part du groupe) à 1,5 milliard. Le groupe gère 549 milliards d'euros pour le compte d'investisseurs institutionnels et 214 milliards pour le compte de particuliers.

Présent aux quatre coins de la planète (dont une présence significative aux Etats-Unis et des positions fortes en Asie), BNP Paribas repose sur deux marchés domestiques importants : la France et l'Italie (suite au rachat, en 2006, de la Banca Nazionale del Lavoro). Le groupe s'y positionne comme une banque universelle proposant trois catégories de services : banque de détail, banque de financement et d'investissement, "asset management & services". "Cette opération (NdlR : rachat de Fortis), disait-on hier chez BNP Paribas, permet de poursuivre le déploiement en Europe de son modèle de banque intégrée. Nous confortons ainsi notre position de leader parmi les banques transfrontières dans la zone euro avec quatre marchés domestiques."

Outre ses racines historiques belgo-néerlandaises, le groupe BNP Paribas s'est imposé sur le marché belge, au cours des dernières années, dans différents segments de niche : "private banking", "leasing" (à travers Arval), "securities", immobilier (Atisreal), assurance (Cardif), crédit à la consommation (Cetelem) ou encore produits financiers en ligne (Cortal Consors). Le groupe emploie, chez nous, une équipe d'environ 600 personnes. Avec le rachat de Fortis, BNP Paribas va passer de la 7e à la 1ère place des banques de dépôt dans la zone euro. En Belgique, il va intégrer plus de 1 000 agences bancaires et trois millions de clients particuliers.

La solidité financière de BNP Paribas semble assurée. Tout récemment, le magazine spécialisé "Global Finance" a désigné la banque française comme l'une des plus sûres du monde... Un classement basé sur la comparaison de la notation financière à long terme (BNP Paribas jouit de très bonnes cotes auprès de Standard&Poor's, Moody's et Fitch) et le total des actifs des 300 plus grandes banques mondiales. Voilà qui est plutôt de bon augure. Même si désormais, en matière bancaire, il faut faire preuve de vigilance.

Sur le même sujet