Fortis: l'action suspendue jusqu'à un nouveau communiqué

La Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) a décidé de maintenir la suspension de la cotation de Fortis Groupe jusqu'à la publication d'un communiqué sur les conséquences financières des différents accords pour le bancassureur. Pour le gouverneur de la Banque Nationale de Belgique, les choses vont mieux pour Fortis.Des mesures pour des petits actionnairesDeminor et Test-Achats examinent tous les recours possiblesFortis: Un bureau d'avocats envisage recours en référé BNP Paribas cherche à rassurer Edito: Faut-il se méfier des Français ? Réagissez sur notre forumInfographie: Ce qu'il reste de Fortis

Fortis: l'action suspendue jusqu'à un nouveau communiqué
©BELGA
Belga

La Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA) a décidé de maintenir la suspension de la cotation de Fortis Groupe jusqu'à la publication d'un communiqué sur les conséquences financières des différents accords pour le bancassureur.

"Étant donné que l'exécution des modalités techniques et pratiques de ces accords est toujours en cours, il n'est pas possible pour Fortis de communiquer immédiatement", a souligné le CBFA, mardi, dans un communiqué.

"Afin de permettre au marché de disposer d'une information complète et précise sur les conséquences financières pour le groupe des différents accords, la CBFA avait demandé à Fortis de publier une communication décrivant de manière précise ces conséquences", rappelle la CBFA. La cotation de l'action Fortis est suspendue depuis lundi matin.

Crise financière:"les choses vont mieux pour Fortis"

En conclusion de son audition devant les Commissions des Finances réunies de la Chambre et du Sénat, mardi, le gouverneur de la Banque Nationale de Belgique, Guy Quaden, s'est voulu rassurant en ce qui concerne Fortis. "Les choses vont mieux pour Fortis même si aujourd'hui aucune banque ne peut avoir la prétention de dire qu'elle est immunisée. Il y a de tels microbes dans l'air que l'on n'est sûr de rien mais depuis la vente des parties néerlandaises de Fortis à l'Etat néerlandais et l'arrivée de BNP Paribas, les besoins de liquidités ont fortement diminué", a-t-il dit.

Dans son exposé introductif, le gouverneur a fait l'historique de la crise, soulignant avec force la rapidité avec laquelle, le 26 septembre, Fortis avait dû faire face à la fermeture de toutes ses ligne de crédit. Pour l'avenir, le gouverneur a dit qu'il était favorable à ce qu'il y ait une plus grande coordination entre les autorités de contrôle tant sur le plan national qu'européen. Mais pour lui, ce débat doit avoir lieu plus tard. "Ce n'est pas lorsque les maisons brûlent encore qu'il faut entamer une discussion sur l'organisation des services d'incendie", a-t-il dit.

Sur le même sujet