La Chine appelle à nouveau le monde à coopérer

La Chine a réitéré mardi ses appels à une coopération internationale pour mettre fin à la tempête financière née de la crise des "subprime" américains. Rappelant que la crise n'était pas celle "

La Chine a réitéré mardi ses appels à une coopération internationale pour mettre fin à la tempête financière née de la crise des "subprime" américains. Rappelant que la crise n'était pas celle "d'un seul pays", un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a affirmé que la "communauté internationale devait s'unir pour la gérer". Ce porte-parole a également affirmé que la contribution de la Chine serait de maintenir le cap de la croissance et de la stabilité de ses marchés financiers, réitérant ainsi la position officielle de Pékin.

Lors d'un forum financier fin septembre, le Premier ministre Wen Jiabao avait déjà affirmé que "la plus importante contribution" de son pays à la résolution de la crise serait "de maintenir le rythme d'un développement stable et éviter des hauts et des bas". Wen avait aussi prôné "un renforcement de la coopération internationale", estimant que "tous les pays devaient prendre des mesures".

Dans cette optique de coopération renforcée, Pékin est actuellement prêt à discuter de la proposition sud-coréenne d'organiser un sommet à trois consacré à la crise, a ajouté le porte-parole. Selon son parti, le président sud-coréen Lee Myung-bak souhaite un tel sommet avec ses homologues japonais et chinois, auquel il fera part de sa proposition lors du forum Asie-Europe à Pékin les 24 et 25 octobre. "La Chine, le Japon et la Corée du Sud devraient maintenir une communication et une coordination étroites en tant qu'économies majeures de l'Asie de l'Est", a déclaré le porte-parole chinois.

Au milieu de la panique planétaire déclenchée par la crise financière, la Chine affiche donc un calme impérial, assurant être en mesure de faire face tout en offrant son aide. Les dirigeants chinois ont tenu des discours rassurants ces derniers jours, alors que le pays s'apprête à célébrer le 30e anniversaire des réformes économiques qui ont permis au géant asiatique de connaître une croissance annuelle de plus de 9 pc. "Lorsqu'un grand pays avec une population de 1,3 milliard est capable d'assurer durablement un dévelop pement économique stable et rapide, c'est sa plus grande contribution au monde", a affirmé dimanche le Premier ministre Wen Jiabao, indiquant avoir "pleinement confiance dans le développement économique et la stabilité financière de la Chine".

Samedi, la Banque centrale, tout en saluant le plan Paulson, a souligné la volonté de la Chine, l'un des plus grands détenteurs d'obligations du Trésor US dans le monde, de coopérer avec les autres pays. Des marchés financiers encore peu ouverts ont permis à la quatrième économie mondiale d'être préservée, comme en 1997 au moment de la crise asiatique. "En 1997, c'est parce que leur monnaie n'était pas convertible, là c'est malgré eux qu'ils vont être en dehors de cette crise. C'est un système financier encore en développement", souligne Jean-François Huchet, directeur du Centre d'Etudes Français sur la Chine contemporaine. "Le système chinois a la chance, malgré lui, d'avoir opéré très largement en système fermé, donc du coup les autorités conservent un levier très important à la fois par la régulation et aussi parce que les banques sont moins exposées à l'international", ajoute-t-il. (AFP)