UWE : la crise financière peut avoir des effets positifs

L'Union wallonne des entreprises (UWE) n'a pas échappé, mardi, lors de la présentation de leur rapport d'activités 2007-2008 aux questions sur la crise financière. D'après Vincent Reuter, administrateur délégué de la fédération patronale régionale, la crise aura probablement un effet négatif sur le financement et l'activité des entreprises en ce qu'elle entraînera une

Ph. Law.

L'Union wallonne des entreprises (UWE) n'a pas échappé, mardi, lors de la présentation de leur rapport d'activités 2007-2008 aux questions sur la crise financière. D'après Vincent Reuter, administrateur délégué de la fédération patronale régionale, la crise aura probablement un effet négatif sur le financement et l'activité des entreprises en ce qu'elle entraînera une "raréfaction des crédits. Ce sera plus difficile pour les entreprises de trouver de trouver de l'argent pour leur financement. La crise compliquera aussi notre discours sur le capital à risques, car les gens seront moins réceptifs".

Dans le même temps, il estime que la crise qui secoue actuellement le secteur financier et bancaire peut jouer en faveur du développement du capital à risque. "La raréfaction des financements réduira les crédits bancaires ou rendra ces derniers plus cher. A ce moment, le capital à risque deviendra plus attractif. Mais il faudra attendre que les effets négatifs s'estompent d'abord. Cela dit, on ne sait pas encore combien de temps va durer la crise", dit-il.

En attendant, le rapport d'activités 2007-2008 indique que la fédération a réalisé un important travail de fond durant cette période. Ses dirigeants sont intervenu dans plusieurs dossiers comme l'aménagement du territoire (demande de création d'une base de données sur les terrains disponibles) et la signature d'un pacte de solidarité entre six organisations d'employeurs en vue de la création de 500 000 emplois d'ici 2020.

Simplification administrative : échec

L'UWE a également contribué à l'adoption d'un nouveau décret sur les aides en R&D pour les entreprises et à la montée en puissance des acteurs wallonnes dans les programmes de recherche européen.

Elle s'est aussi impliquée dans le plan d'allocation des quotas de CO2 pour la période 2008-2009 et a réalisé une étude sur le capital à risque avec l'idée de la mise en place d'un fonds des fonds alliant privé et public pour le financement des entreprises.

Ce bilan étant fait, l'UWE a fixé ses priorités pour 2009 dans la perspective des élections régionales. Elle fustige les propos de certains bourgmestres visant à faire croire qu'attirer des entreprises dans leurs communes ne seraient plus intéressant en raison de la réduction ou de la disparition de certaines taxes. Or, "ce ne sont que les machines qui ne sont pas taxées, les bâtiments le sont toujours et la base imposable est beaucoup plus importante".

Elle retape sur le clou de la simplification administrative où il y a encore des progrès à faire pour le traitement rapide des demandes des entreprises.

Evaluer le poids du tourisme wallon

Dans la perspective des élections régionales, elle partira, avec son partenaire l'Union des classes moyennes (UCM), à la rencontre des parlementaires et candidats pour les sensibiliser à ses priorités dont notamment la gouvernance publique (meilleure affectation des ressources humaines et budgétaires disponibles), l'aménagement du territoire, le marché du travail et l'enseignement.

L'évaluation du Forem est un sujet de préoccupation de taille pour la fédération patronale. "Le Forem a un budget annuel d'un milliard d'euros, le Plan Marshal dispose du même montant sur 4 ans. Il est temps de savoir quel est le coût moyen des actions du Forem et voir s'il faut réformer ce qui existe ou mettre en place d'autres acteurs", dit Vincent Reuter. L'Union veut aussi évaluer le poids économique du tourisme en Wallonie.

L'enseignement sera le thème de l'assemblée générale de l'UWE du 20 octobre. Car, pour elle, il faut améliorer l'adéquation entre l'offre et la demande via notamment une révision des contenus techniques des formations techniques.

Sur le même sujet