Kaupthing suspendue, comptes gelés

Les comptes bancaires ouverts auprès de la Kaupthing en Belgique ont été gelés hier, au grand dam des épargnants qui ne savent dès lors que faire pour récupérer leur argent. Leurs avoirs sont, d'après nos informations, de l'ordre de 250 millions d'euros.

Les comptes bancaires ouverts auprès de la Kaupthing en Belgique ont été gelés hier, au grand dam des épargnants qui ne savent dès lors que faire pour récupérer leur argent. Leurs avoirs sont, d'après nos informations, de l'ordre de 250 millions d'euros. Pour le moment, alors que l'on s'interroge toujours sur l'avenir de la banque luxembourgeoise active au travers d'une filiale dans notre pays, il est encore trop tôt pour réagir. Kaupthing a mis sur pied une ligne téléphonique d'information pour ses clients (02.533 16 00).

D'où vient le problème ? De la mise sous tutelle demandée en Islande par la maison-mère de Kaupthing en raison de ses problèmes financiers (lire ci-dessous). Mais la banque belge dépend de la filiale luxembourgeoise du groupe... dont les guichets ont aussi été fermés hier au Grand-Duché. Le conseil d'administration de la banque a en effet introduit une requête en "sursis de paiement" auprès du tribunal d'arrondissement de Luxembourg. En attendant, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) a indiqué agir "en tant qu'administrateur" et "contrôle la gestion du patrimoine de l'établissement jusqu'à la nomination d'un administrateur" par le tribunal. Deux autres banques islandaises présentes au Luxembourg étaient déjà en cessation de paiements et avaient déjà obtenu le même sursis.

Pas de faillite

A l'Association des banques et banquiers luxembourgeois (ABBL), on souligne "qu'il n'y a pas de faillite, d'abord parce que le système juridique, ici, fait que la faillite telle que couramment admise est impossible, et ensuite parce que le sursis de paiement et la nomination d'un administrateur par le tribunal indiquent qu'il n'y a pas faillite. Il y a suspension des activités pour que les mesures conservatoires puissent être prises". Des analystes financiers, parlant sous couvert d'anonymat, appellent toutefois un chat un chat : "Cette suspension de paiement implique une faillite de facto." Sur le site de Kaupthing Belgique, on peut lire que cette mesure est destinée à "protéger les avoirs de la banque, sauvegarder les dépôts des clients et agir afin de restaurer la confiance nécessaire pour permettre à la banque, dans les meilleures conditions possibles, la poursuite de ses activités".

Garantie pour les Belges

Revenons aux dépôts des épargnants et titulaires de compte. Tant l'ABBL que des analystes estiment que "le dispositif de garantie établi par les ministres des Finances sera d'application si, au pire, la banque ne peut plus faire face à ses obligations", et cela, tant pour les Luxembourgeois que pour les Belges. En Belgique, comme au Luxembourg, la garantie officielle est de 20 000 euros. Mais il faut se souvenir que les ministres des Finances de l'Union européenne ont pris mardi la décision de porter à 50 000 euros la protection des dépôts en cas de faillite. En Belgique, Didier Reynders l'a même portée à 100 000 euros. Mais les textes de loi n'ont pas encore été reliftés.

Réouverture ?

Quant à savoir si et quand les bureaux rouvriront, c'est la bouteille à encre. Au Luxembourg, une fermeture entraînerait la perte de 240 emplois (350 si l'on tient compte des autres banques islandaises au Luxembourg). Plus, dans le cas de la filiale belge de la banque Kauphting, une trentaine d'emplois en Belgique.

MVDM et P.V.C.

© La Libre Belgique 2008

Sur le même sujet