Le G7 discute d'une déclaration de principes pour sauver les banques

Le G7 Finance, qui se réunit vendredi à Washington, va étudier une déclaration de principes et d'outils communs pour sauver les banques et éviter la faillite des plus importantes, a indiqué une source européenne.Le G7 au centre de l'attention

AFP

Le G7 Finance, qui se réunit vendredi à Washington, va étudier une déclaration de principes et d'outils communs pour sauver les banques et éviter la faillite des plus importantes, a indiqué une source européenne. "Nous travaillons à l'élaboration d'une doctrine au niveau mondial", a expliqué cette source, après que l'Europe eut bâti une "doctrine européenne" en début de semaine, lors des réunions de l'Ecofin, de l'Eurogroupe, et du G4 (Allemagne, France, Italie, Royaume-Uni).

Cela passe par l'élaboration d'une "palette de solutions que certains pays ont commencé à mettre en place, d'autres pas, avec certains principes, notamment l'égalité de traitement, le fait de s'assurer que certaines décisions ne procurent pas d'avantage compétitif d'une zone par rapport à l'autre", a-t-elle détaillé. "L'un des points de discussion c'est de savoir si (le secrétaire américain au Trésor Henry) Paulson est prêt à dire qu'il ne laissera pas un établissement financier de nature systémique couler et qu'il entrera si besoin au capital", a-t-elle précisé.

La décision de M. Paulson de laisser la banque d'affaires Lehman Brothers déposer son bilan a été fortement critiquée en Europe, où l'on remarque que la chute de la troisième banque d'affaires de Wall Street a coïncidé avec l'intensification de la crise financière. "L'objectif des ministres aujourd'hui c'est de ramener la confiance", notamment "sur le marché interbancaire", a poursuivi la source européenne.

Un autre élément de discussion est de savoir "s'il faut des mesures supplémentaires sur les marchés interbancaires", même s'il faut prendre la mesure "de tout ce qui a déjà été fait et donc on commence seulement à voir les effets". La source a insisté sur le fait que toutes les solutions possibles ne sont pas "nécessaires" ou applicables à tous les pays du G7. Une des mesures mentionnées pourrait être la garantie des transactions interbancaires, déjà décidée par la Grande-Bretagne, mais les Américains ne pourraient pas appliquer une telle mesure, affirme la source, car "ils n'ont pas autorité pour le faire".

Parmi les outils auxquels le G7 va pouvoir recourir, les banques centrales devraient indiquer qu'elles sont "prêtes" à baisser de nouveau leur taux d'intérêt. Autre élément visant plutôt l'économie réelle, le G7 étudie une éventuelle déclaration indiquant que ses pays membres (Allemagne, Italie, Canada, Japon, Grande-Bretagne, Etats-Unis, France) vont mener "des politiques budgétaires de soutien à la croissance".

Ce qui signifie, en ce qui concerne l'Europe, que certains pays pourront éventuellement dépasser la barre de déficit de 3% maximale définie par le Pacte de stabilité en tenant compte des "circonstances exceptionnelles et des risques de récession".

Le communiqué final du G7 pourrait éventuellement mentionner que le G7 s'assurera que le Fonds monétaire international (FMI) dispose des moyens nécessaires pour soutenir les pays les pays émergents "en cas de crise de balance des paiements".

Sur le même sujet