Opération pour les actionnaires de Fortis

le gouvernement va accorder aux actionnaires du holding Fortis un warrant pour bénéficier des plus-values. Le directeur opérationnel de Fortis rasssure son personnel par une lettre. 22h45: La Bourse de New York a fini vendredi sans direction claire. La séance a été marquée par une volatilité extrême alors que s'ouvrait le sommet du G7 à Washington. Le Dow Jones a perdu 1,31% tandis que le Nasdaq gagnait 0,27%, selon des chiffres provisoires de clôture. 21h15: Réunion chez Fortis pour annoncer le nombre de Warrant 21h10: Le pétrole finit en baisse de 8,89 dollars (le baril à 77,70 USD) Plan de garantie bancaire temporaire approuvé Qu'est-ce qu'un warrant?Le G7 discute d'une déclaration de principes pour sauver les banquesPetit tour d'horizon de l'actualité financière et bancaireNotre dossier spécial criseRéagissez sur notre forumLe cours de la Bourse en direct

Opération pour les actionnaires de Fortis
©
PVC

Les opérateurs actifs en Bourse de Bruxelles ont pris connaissance vendredi après-midi d'une opération sur les titres Fortis (suspendus de cotation depuis une semaine).

Il s'agit d'un détachement de coupon, le coupon numéro 42 qui donnerait droit à un paiement à partir du 13 octobre. Ce coupon est émis par l'Etat belge, et pas par l'entreprise… Il semblerait donc que le gouvernement ait décidé de passer à l'action en donnant aux actionnaire du groupe amputé de l'essentiel de ses activités, le droit de bénéficier du fruit de la revente de la part de 75 pc de Fortis Banque SA détenue par l'Etat à BNP Paribas… Le coupon donnerait droit à des warrants qui ne seraient pas distribués en fonction du nombre d'actions détenues. Demanière à favoriser les petits actionnaires. (selon la RTBF)

On attend toujours la communication de Fortis qui permettrait aux actionnaires de se faire une idée de la valeur du titre avant la reprise de sa cotation.

Le directeur opérationnel de BNP Paribas veut rassurer le personnel

Jean-Laurent Bonnafé, le directeur des opérations de la banque française BNP Paribas, s'est adressé, par lettre, aux collaborateurs de Fortis afin de tenter de les rassurer. "J'ai rencontré à Bruxelles les membres des conseils d'entreprise de Fortis Banque et de Fortis Assurance en Belgique, ainsi que leurs principaux dirigeants. J'ai été impressionné par le niveau élevé de motivation, d'attachement à l'entreprise et de compétence de mes interlocuteurs, malgré le choc récent que vous avez tous subi", écrit notamment Jean-Laurent Bonnafé. "Fortis bénéficie désormais de l'appui inconditionnel de BNP Paribas, dont il devient une composante majeure", poursuit-il en affirmant que "le temps de la reconquête peut commencer aujourd'hui".

"Dans votre nouveau groupe, vous retrouverez les traditions de dialogue social et d'attention aux personnes qui ont caractérisé le Fortis d'avant la crise", assure encore le responsable. Et de conclure: "nous sommes tous au travail pour que Fortis BNP Paribas soit la grande réussite de bancassurance de la Belgique dans les prochaines années."

Le week-end dernier, la banque française a acquis, pour 14,5 milliards d'euros, les activités bancaires et d'assurance de Fortis en Belgique.

Qu'est-ce qu'un warrant?

Les warrants sont des valeurs mobilières de type optionnel qui donnent le droit d'acheter ou de vendre un actif financier (devises, indices, taux, actions,...) dans des conditions de prix et de durée définies à l'avance. Ainsi, le call warrant donne le droit d'acheter à un prix fixé jusqu'à une date donnée, et, le put warrant donne le droit de vendre à un prix fixé jusqu'à une date donnée. Ils sont crées par un établissement financier qui en assure la diffusion et la cotation. Les principaux émetteurs de warrants sont le Citybank, la Société Générale, Paribas et le Crédit Lyonnais.

En fait, l'acheteur du warrant dispose d'un droit sur le support. S'il décide d'exercer son droit, il peut acheter (call warrant) ou bien vendre (put warrant) le support au prix d'exercice, jusqu'à l'échéance. Ce droit est donc obtenu moyennant le prix du warrant. Un warrant est un produit négociable : l'acheteur de warrant peut s'en séparer à tout moment en le revendant. Attention, un warrant n'est pas un contrat portant sur un actif financier - comme dans une option négociable - mais un titre, une sorte de valeur mobilière, à laquelle est attaché ce droit. La distinction est importante : on peut seulement acheter et revendre un warrant et il est impossible de vendre un warrant en opération initiale (vente à découvert) pour le racheter ultérieurement.

L'achat d'un call warrant donne le droit d'acheter un bien (le support) à un prix fixé (le prix d'exercice)jusqu'à une date donnée (l'échéance). L'achat d'un put warrant donne le droit de vendre le support au prix d'exercice jusqu'à l'échéance.

L'évolution minute par minute

21h15: Réunion chez Fortis pour annoncer le nombre de Warrant

21h10: Le éptrole finit en baisse de 8,89 dollars (le baril à 77,70 USD

21h15: Réunion chez Fortis pour annoncer le nombre de Warrant

21h05: L'Islande et la Grande-Bretagne joue l'apaisement.

21h: Début de la réunion du G7 Finances à Washington

Les ministres des Finances et les présidents des banques centrales du Groupe des Sept (G7) ont commencé vendredi à Washington une réunion cruciale destinée à leur permettre de s'entendre pour présenter un front commun face à la crise, selon un journaliste sur place. La rencontre, qui a commencée vers 14H15 heure locale (18H15 GMT) doit déboucher sur la publication d'un communiqué commun attendu aux alentours de 23H00 GMT et qui sera guetté par la planète entière après une nouvelle journée de krach boursier sur les grandes places financières. Les grands argentiers de l'Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de l'Italie et du Japon, les principales puissances économiques et financières de la planète se sont réunis dans la salle d'apparat du ministère du Trésor américain, où ils sont reçus par le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson.

Selon une source européenne, les participants devaient étudier une déclaration de principes et d'outils communs pour sauver les banques et éviter la faillite des plus importantes. Trois sièges réservés à des participants russes, notamment au ministre des Finances Alexeï Koudrine, étaient vides. Selon une source au Trésor, les Russes pourraient se joindre à la réunion dans l'après-midi, comme cela s'est déjà fait par le passé.

20h30: Le gouvernement US instensifie sa garantie aux prêts étudiants

Le gouvernement américain a annoncé vendredi qu'il allait prendre de nouvelles mesures de soutien au marché des prêts étudiants, pour permettre aux jeunes Américains de poursuivre des études malgré la crise du crédit qui rend les banques peu enclines à prêter. "Le gouvernement agit avec détermination et va utiliser ses nouveaux pouvoirs élargis pour permettre que le financement fédéral des prêts étudiants continue d'être disponible pour la prochaine année scolaire" (2009-2010), indique un communiqué commun des ministères du Trésor et de l'Education.

Le président américain George W. Bush a promulgué cette semaine une loi votée en septembre par le Congrès et renouvelant les pouvoirs temporaires accordés au ministères de l'Education et du Trésor pour "utiliser des fonds fédéraux afin d'assurer que les étudiants et les familles puissent continuer d'avoir accès aux prêts étudiants", indique le communiqué. "Le montant total des prêts garantis par le gouvernement a atteint près de 51 milliards de dollars pour l'année universitaire en cours, en hausse de près de 45 milliards de dollars" sur un an, ajoute le communiqué.

20h05: La Commission européenne a annoncé avoir validé vendredi le plan de soutien du Danemark aux banques menacées par la crise financière internationale. Le plan prévoit que les quelque 140 banques du pays injecteront quelque 35 milliards de couronnes (4,37 milliards d'euros) dans les deux années à venir dans un fonds afin de venir en aide aux instituts financiers en crise et garantir les dépôts des clients, selon un communiqué.

Les dépôts des clients de filiales bancaires étrangères au Danemark sont également garantis s'ils ne sont pas couverts dans leurs pays respectifs. L'Etat prendra en charge d'éventuelles pertes au-delà des 35 milliards de couronnes en cas de faillite bancaire afin d'assurer une garantie totale aux déposants.

En contrepartie, les banques s'engagent notamment à ne pas payer de dividendes à leurs actionnaires pendant deux ans et ne pas distribuer des stocks-options pendant cette période.

19h50: Wall Street creuse ses pertes: le Dow Jones en baisse de 6%

19h45: Un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Eurogroupe se tiendra dimanche à Paris afin de "définir un plan d'action conjoint de la zone euro et de la Banque centrale européenne face à la crise financière", a indiqué la présidence française vendredi.

18h45: La banque britannique Alliance & Leicester (A&L) a annoncé que son rachat par sa concurrente espagnole Santander était devenu effectif ce vendredi, à la date prévue. A&L, septième banque britannique par la capitalisation, et Santander, numéro neuf mondiale et numéro un en zone euro, ont annoncé leur mariage à la mi-juillet.

L'Espagnole, déjà propriétaire depuis 2004 de la banque britannique Abbey, a payé 1,33 milliard de livres (1,66 milliard d'euros) pour A&L, soit 299 pence et 18 pence de dividende semestriel par action.

Santander va également injecter un milliard de livres de capital dans A&L pour la renflouer, portant le coût total de l'opération à 2,26 milliard de livres. Les actionnaires d'A&L avaient approuvé le rachat le 16 septembre lors d'une assemblée générale extraordinaire.

18h05 - Bruxelles: termine en baisse de 5,24% à 2.123,44 points

L'indice vedette de la Bourse de Bruxelles, le BEL 20, a terminé vendredi la séance en baisse de 5,24% à 2.123,44 points. La plus forte baisse a été enregistrée par la banque flamande KBC qui a perdu 15,17% à 34,56 euros. L'action du groupe franco-belge Dexia, seule valeur en hausse, a elle progressé de 3,44% à 6,01 euros. Elle avait déjà rebondi jeudi de 16,43% après avoir obtenu la garantie des Etats français, belge et luxembourgeois pour emprunter sur les marchés.

Suspendue depuis le début de la semaine, la cotation de Fortis, dont l'activité bancaire et d'assurance a été rachetée pour sa partie belge et luxembourgeoise dimanche par la française BNP Paribas, pourrait reprendre lundi, selon la Commission bancaire financière et des assurances (CBFA), le régulateur belge des marchés boursiers. La CBFA espère un communiqué de presse de Fortis pendant le week-end.

BEL 20: les plus gros écarts:

A la hausse: Thenergo (+ 8,40%) 5,42 - Recticel (+ 5,26%) 6,00 - Dexia (+ 3,44) 6,01 - Arseus (+3,23) 6,40 - Intervest Retail (+3,00) 24,00

A la baisse: Deceuninck (- 20,33) 4,82 - Tubize (Fin. de) (16,37) 14,05 - Transics (-16,15) 10,90 - KBC Ancora (-15,75) 24,33 - Ablynx (- 15,40) 4,01

18h: Fermeture des bourses: petit topo

Suisse: chute de 7,79%

Londres: recul de 8,5%

Francfort: chute de 8,7%

Francfort: Dax: baisse de 7,01% (4.544 points)

Paris: CAC40: plongeon de 7,73% (3.176,49 points)

Milan: Baisse de 7,14% (20.209 points)

Madrid: Dégringolade de 9,14%

Amsterdam: Baisse de 8,48% (258,05 points)

Londres: le Footsie-100 chute de 8,85% (3932,06 points)

Lisbonne: baisse de 5,94%

Vienne: ATX en baisse de 7,37%

Prague: l'indice PX chute de 14,94%

17h30: L'Autorité des marchés financiers a déclaré cette après-midi que la fermeture des marchés n'était pas envisagée.

17h10: L'Allemagne prépare un plan de sauvetage sur le modèle britannique.

Selon le journal Die Welt, il s'agirait non seulement de garantir les crédits interbancaires, mais également, comme au Royaume-Uni, de mettre du capital à la disposition des établissements bancaires en échange de participations au capital de celles-ci. Une décision finale sur un tel plan devrait être prise dans les jours qui viennent, rapporte Die Welt.

Pour le moment, Berlin est venu en aide à la banque immobilière Hypo Real Estate par le biais d'une garantie d'Etat et le ministre des Finances Peer Steinbrück a déclaré qu'un plan global n'était pas nécessaire. Mais la chancelière Angela Merkel a déclaré jeudi dans une interview que "rien n'était exclu" pour venir à la rescousse des banques.

16h50: Le patron de l'OMC convoque vendredi les dirigeants des principales banques commerciales et des institutions financières internationales à une réunion en novembre à Genève sur la crise financière. "Le but de notre prochaine rencontre sera de faire le point sur la manière dont le marché international pour le financement du commerce se comporte dans le contexte des très difficiles conditions sur les marchés financiers internationaux", a expliqué le patron de l'OMC. La réunion doit avoir lieu le 12 novembre à Genève.

16h35: Le président américain George W. Bush a appelé vendredi à rejeter l'"incertitude et la peur" qui sont pour beaucoup dans la crise économique et assuré que les autorités américaines avaient les moyens de la combattre.

Les inquiétudes sont compréhensibles, mais "l'anxiété peut alimenter l'anxiété et occulter les efforts qui sont entrepris", a déclaré le président américain. "Nous pouvons résoudre la crise et nous le ferons", a-t-il promis.

Toutefois, la Bourse de New York repartait en nette baisse juste après le discours du président : le Dow Jones perdait 2,66% et le Nasdaq 1,78%.

16h25: Berlusconi évoque suspension des marchés le temps d'un nouveau Bretton Woods

16h10: La Bourse de New York repasse dans le vert : Dow Jones +0,33% tout comme la Bourse de Paris et de Francfort qui limitent leur recul à -4,74% et à - 4,88%

16h05. Fortis: la CBFA prévoit un communiqué ce week end et une cotation.

La cotation du titre Fortis devrait reprendre lundi a indiqué la Commission bancaire financière et des assurances (CBFA), le régulateur belge des marchés boursiers. "On peut s'attendre à un communiqué de presse de Fortis ce week-end. Cela permettrait aux investisseurs d'être informés correctement pendant le week-end " a indiqué un porte-parole de la CBFA. Ce communiqué devrait détailler le mécanisme permettant aux actionnaires de récupérer la part qui leur revient dans les bénéfices du groupe Fortis et dans la plus-value réalisée lors de la revente de ses actifs par l'Etat, déduction faite des frais encourus par l'Etat. C'est ce que nous a précisé jeudi, le ministre des Finances, Didier Reynders.

Vendredi dernier, l'action Fortis avait clôturé à 5,42 euros. Les analystes estiment sa valeur actuelle (hors mécanisme de compensation de l'Etat) entre 3,5 et 4 euros, mais une forte décote devrait frapper la valeur à la reprise des échanges.

16h: Wall Street freine sa chute, le Dow Jones repasse au-dessus des 8.000 pts

16h: La Bourse de Sao Paulo suspend ses opérations

15h50: Le Dow Jones chute à plus de 6% et passe sous les 8.000points. La Bourse de Paris chute encore plus depuis l'ouverture de Wall Street (-11,25%). La chute "n'était" que de 9% avant l'ouverture à New-York. L'indice des valeurs vedettes de la Bourse de Madrid, l'Ibex-35, s'est enfoncé vendredi juste après l'ouverture de Wall Street sur un marché en panique, perdant 10,59% à 15H36 La Bourse de Londres s'enfonce à nouveau et perd près de 10%.

Bourse de Francfort: le Dax chute à nouveau de plus de 10%

15h30: La Bourse de New York a ouvert en nette baisse vendredi, au lendemain d'un nouveau plongeon qui a entraîné les marchés mondiaux, et avant la réunion du G7 à Washington: le Dow Jones perdait 1,62% et le Nasdaq 3,25%. L'indice des valeurs vedettes de la Bourse de Madrid, l'Ibex-35, s'est enfoncé vendredi juste après l'ouverture de Wall Street sur un marché en panique, perdant 10,59% à 15H36

15h25: La Bourse de Paris accèlère sa chute (-9,93%) avant l'ouverture de Wall Street qui devrait être en baisse

La Bourse de Paris accélérait sa chute vendredi après-midi, l'indice CAC 40 lâchant 9,93%, dans un marché affolé par les développements de la crise financière, très nerveux une quinzaine de minutes avant l'ouverture de Wall Street. A 15H16 (13H16 GMT), l'indice vedette plongeait de 341,84 points à 3.100,86 points. Il avait clôturé sur un net repli jeudi (-1,55%), après avoir dégringolé lundi (-9,04%) et mercredi (-6,31%). La Bourse de New York avait connu jeudi une séance cauchemardesque, la pire depuis le krach d'octobre 1987, le Dow Jones plongeant de 7,33% (soit -678,91 points) et atteignant son plus bas niveau depuis cinq ans. Bourse de Francfort: le Dax chute à nouveau de plus de 10% L'indice vedette Dax de la Bourse de Francfort chutait à nouveau de plus de 10% vendredi, juste avant l'ouverture de Wall Street sur un marché paniqué par l'ampleur de la crise. A 13H13 GMT, le Dax cédait 10,10% à 4.393,55 points, soit son plus bas niveau depuis le mois de mai 2005. Peu après l'ouverture, il avait déjà perdu plus de 10%. Comme sur les autres places européennes, le marché allemand accentuait ses pertes alors que les investisseurs attendent avec anxiété l'ouverture du marché américain, victime d'une véritable débâcle la veille.

Brésil: la Bourse de Sao Paulo ouvre en forte baisse de 5,81% La Bourse de Sao Paulo, première place financière d'Amérique du sud, chutait vendredi de 5,81% à 34.924 points quelques minutes après l'ouverture, dans le sillage des bourses mondiales.

15h: Euronext n'envisage pas de fermeture temporaire de ses marchés. La bourse de New-York devrait ouvrir en forte baisse aujourd'hui.

Sur le même sujet