PME wallonnes : accès facile au crédit

Les dégâts collatéraux de la crise qui secoue le secteur bancaire toucheront indéniablement les petites et moyennes entreprises (PME) et les très petites entreprises (TPE). En effet, confrontées à des problèmes de liquidités, les banques ne leur accorderont plus aussi facilement des crédits et demanderont davantage de garanties avant de libérer les fonds. Les partis veulent des mesures

PME wallonnes : accès facile au crédit
©Jean-Luc Flémal
Philippe Lawson

Les dégâts collatéraux de la crise qui secoue le secteur bancaire toucheront indéniablement les petites et moyennes entreprises (PME) et les très petites entreprises (TPE). En effet, confrontées à des problèmes de liquidités, les banques ne leur accorderont plus aussi facilement des crédits et demanderont davantage de garanties avant de libérer les fonds. Ce qui risque de handicaper des projets de développement des entreprises.

Pour les aider, le ministre wallon de l'Economie et de l'Emploi, Jean-Claude Marcourt (PS), proposera au gouvernement wallon, lors de sa réunion hebdomadaire du 16 octobre, d'adopter une série de mesures en leur faveur. C'est le résultat d'une analyse faite dans l'urgence pour éviter d'être pris de court. "L'actualité financière laisse craindre que les banques, qui sont le premier apporteur de fonds des PME, restreignent leur offre de crédits. Il importe donc de fournir des solutions de financement à ces PME, sous peine d'enrayer la dynamique globale de redressement de la Région", explique le ministre Marcourt. Les mesures proposées passent par la Société wallonne de financement et de garantie des PME (Sowalfin) et les Invests.

Champ d'application. Il est proposé d'étendre le champ d'application des produits financiers de la Sowalfin à l'ensemble des secteurs d'activités et de ne plus le limiter aux secteurs bénéficiant des lois d'expansion économique. Grâce à cette nouvelle mesure, le secteur du commerce de détail, des services et les professions libérales pourront bénéficier des garanties et des cofinancements de la Sowalfin. Pour financer cette mesure, le ministre Marcourt sollicite une enveloppe de 25 millions d'euros.

Garantie. Les experts proposent d'élargir la notion de garantie. Actuellement, la garantie de la Sowalfin est partielle et supplétive dans le cadre des crédits octroyés par les banques, ce qui veut dire que l'entreprise qui la sollicite doit également en fournir une. Il est proposé que la garantie ne soit plus supplétive et que la Sowalfin accorde une garantie de maximum 50 pc du prêt octroyé par une banque à une PME. En cas de défaillance du débiteur, la banque récupérera au moins la moitié du prêt.

Moyens pour la Sowalfin. Actuellement, le plafond d'engagement en matière de garantie de la Région au profit de la Sowalfin est de 450 millions d'euros. La proposition postule à une augmentation de ce plafond à une limite maximale de 500 millions d'euros.

Les Invests. Les neuf Invests (Investsud, Meusinvest, Sambrinvest, Nivelinvest, Luxembourg développement, Hoccinvest, Invest Mons Borinage centre, Namur Invest, Ostbelgieninvest) pourront désormais accorder des prêts non garantis aux PME pour le renouvellement du matériel de production ou pour financer l'extension des activités de l'entreprise.

Quotité d'intervention. Il s'agit d'une autre mesure sur laquelle doit se prononcer l'exécutif wallon. Elle vise à assouplir les conditions d'intervention des Invests. La mesure vise à porter cette quotité à 75 pc du montant des besoins financiers de l'entreprise au lieu de 50 pc actuellement.

Il semble que la ministre fédérale Sabine Laruelle (MR) envisage de permettre au fonds de participation de souscrire un emprunt obligataire de 300 millions d'euros sur sept ans afin de financer des prêts de maximum 10 000 € aux entreprises.

© La Libre Belgique 2008