Fortis : un coupon pour les actionnaires

La cotation de l'action Fortis, qui a été suspendue durant toute la semaine, va-t-elle reprendre ce lundi ? Cela paraît probable. Mais l'on attend encore la publication d'un communiqué de Fortis, qui doit notamment préciser les conséquences financières des différents accords intervenus ces derniers jours.

AvC, P.G. et P. V.C.

La cotation de l'action Fortis, qui a été suspendue durant toute la semaine, va-t-elle reprendre ce lundi ? Cela paraît probable. Mais l'on attend encore la publication d'un communiqué de Fortis, qui doit notamment préciser les conséquences financières des différents accords intervenus ces derniers jours.

Une chose a en tout cas été précisée vendredi par Yves Leterme et Didier Reynders : les actionnaires de Fortis Holding vont recevoir un coupon (le coupon numéro 42) qui leur permettra de "participer aux éventuels plus-values et dividendes découlant des titres BNP-Paribas en possession de l'Etat belge". Le coupon sera émis dès ce week-end et l'on devrait en savoir plus à ce sujet dès dimanche. Le paiement de ce coupon - par l'Etat et non par Fortis - se fera, lui, en tout cas bien plus tard, "le temps pour le groupe de se restructurer". L'idée étant que l'Etat récupère sa mise de fonds dans l'opération de sauvetage de Fortis Banque et accorde ensuite "ce qui dépassera" aux petits porteurs. Ce coupon sera "non négociable, indépendant et sans influence sur la valeur du titre Fortis". Le gouvernement espère en tout cas ainsi favoriser une relance de la cotation de l'action dès lundi.

Mais un autre point reste nébuleux : le portefeuille de crédits structurés (crédits à risque) qui se retrouverait dans le holding coté. Selon l'accord annoncé dimanche dernier, un véhicule doit être créé, où seraient placés les crédits structurés (actuellement dans Fortis Banque) pour une valeur d'environ 11 milliards. Ce véhicule serait détenu à 66 pc par le holding, à 24 pc par l'Etat belge et à 10 pc par BNP.

Ce transfert d'actifs dits "pourris" pourrait toutefois être considéré comme un détournement de fonds par certains actionnaires et pose en outre un problème d'évaluation.

On peut imaginer que le gouvernement, assisté de banquiers, a planché toute la semaine pour tenter de trouver une solution acceptable. D'autant que les actionnaires se sentent déjà fortement lésés par le dépeçage de Fortis. L'association Dolor a déposé plainte vendredi avec constitution de partie civile. Une association d'actionnaires néerlandais a, elle, saisi jeudi la section financière du tribunal d'Amsterdam dans le but d'obtenir des éclaircissements sur la situation du groupe.

Sur le même sujet