Dexia : panique en Bourse, chute du titre, et... démenti formel

Alors que le marché belge des actions évoluait encore en hausse, avant de terminer sur un recul essentiellement lié à la reprise de cotation des actions Fortis, les actions Dexia ont affiché un curieux accès de faiblesse en milieu d'après-midi à la Bourse de Bruxelles comme à Paris.

PVC

Alors que le marché belge des actions évoluait encore en hausse, avant de terminer sur un recul essentiellement lié à la reprise de cotation des actions Fortis, les actions Dexia ont affiché un curieux accès de faiblesse en milieu d'après-midi à la Bourse de Bruxelles comme à Paris. Après une remontée prometteuse de près de 9 pc en matinée, les titres du groupe financier déjà partiellement nationalisé par les Etats belge, français et luxembourgeois, ont subi la pression de ventes. Et un moment, ce courant a confiné à la panique, puisqu'au moment le plus tendu de la séance d'hier, l'action a perdu jusqu'à 23 pc.

A Bruxelles, on a échangé plus de 9 millions de titres, et à Paris, 8,4 millions. Dans les coulisses de la Bourse, des rumeurs de nationalisation ont circulé qui ont justifié les opérations des investisseurs. La source ? Mystère.

La banque franco-belge Dexia a démenti mardi assez rapidement ces rumeurs de nationalisation par l'Etat belge. "Le président du conseil d'administration et l'administrateur délégué de Dexia démentent formellement toute rumeur de nationalisation de Dexia par l'Etat belge" , a déclaré un porte-parole de la banque.

Le ministre des Finances, Didier Reynders, a lui-même démenti "catégoriquement" que le gouvernement belge envisageait de nationaliser le bancassureur Dexia. "Il est totalement faux de dire qu'il y a à l'étude un quelconque plan de nationalisation de Dexia" , a déclaré M. Reynders en marge d'une réunion de la commission des Finances du Parlement belge.

"Je trouve que c'est assez" , a ajouté M. Reynders à propos des rumeurs de marché. Le nouveau président du conseil d'administration de Dexia, Jean-Luc Dehaene, "a aussi démenti" , a-t-il ajouté. A la Bourse de Bruxelles, Dexia a terminé en chute de 15,54 pc à 5,29 € tandis qu'à la Bourse de Paris, il a fini sur une dégringolade de 15,20 pc.

A Paris, un porte-parole de la banque qui a été partiellement nationalisée il y a deux semaines a lui aussi démenti les rumeurs. "Le président du conseil et l'administrateur délégué de Dexia démentent formellement toute rumeur de nationalisation de Dexia par l'Etat belge" , a insisté ce porte-parole. Le ministre luxembourgeois du Budget Luc Frieden a également démenti toute nationalisation : "Il n'y a pas d'élément nouveau. Il y a eu trop de rumeurs ces derniers jours, Dexia reste une banque solide" , a-t-il déclaré.

Sur le même sujet