Deminor veut joindre son action à celle de Me Modrikamen

Le cabinet de conseil aux actionnaires Deminor a demandé jeudi, devant le tribunal de commerce de Bruxelles, que son action en référé contre Fortis Holding soit jointe à celle entamée par Me Modrikamen, qui représente un millier d'actionnaires s'estimant lésés par le démantèlement du groupe de bancassurance belgo-néerlandais. ING: départ du directeur financier Les holdings belges discutent de Fortis Edito: Aller plus loin que l'indignation Vers notre dossier spécial Réagissez sur notre forum

Deminor veut joindre son action à celle de Me Modrikamen
©BELGA
BELGA

Le cabinet de conseil aux actionnaires Deminor a demandé jeudi, devant le tribunal de commerce de Bruxelles, que son action en référé contre Fortis Holding soit jointe à celle entamée par Me Modrikamen, qui représente un millier d'actionnaires s'estimant lésés par le démantèlement du groupe de bancassurance belgo-néerlandais. L'ancienne société faîtière Fortis Holding ne consiste aujourd'hui plus qu'en un portefeuille d'actifs dont certains sont considérés comme "toxiques" et en des activités internationales d'assurance.

Fortis Banque Belgique est actuellement détenu à 99,9% par l'Etat belge, avant la vente prévue de 75% de ses activités à la banque française BNP Paribas, qui contrôlera aussi 100% de Fortis Insurance Belgium. Deminor, dont l'action en référé vise tant Fortis Holding que Fortis Banque, a demandé jeudi au tribunal de commerce de joindre son action contre Fortis Holding à celle entamée par Me Modrikamen, en raison de la "connexité des dossiers".

Les plaidoiries se tiendront le 6 novembre à 08H00 dans le volet Fortis Banque Belgique et à 15H00 le même jour dans le volet Fortis Holding. Dans le premier volet, Deminor, qui est actionnaire minoritaire de Fortis Banque, demande la désignation d'un administrateur veillant à l'intérêt des petits actionnaires.

Dans le second, outre la désignation d'un administrateur ad hoc, il réclame celle d'un expert appelé à examiner les transactions de ces dernières semaines et les décisions prises depuis l'OPA lancée sur la banque néerlandaise ABN Amro en mai 2007, ainsi que la convocation "d'urgence" d'une assemblée générale.

Sur le même sujet