KBC dément toute "crise"

Un responsable de KBC a rejeté samedi toute idée de "crise" de la banque belge, après les informations de presse affirmant que KBC avait demandé une recapitalisation à l'Etat belge.

AFP

"On est en train de regarder tous les scénarios qu'on peut envisager pour voir comment on va se positionner dans le futur. Mais il ne s'agit vraiment pas d'une crise qu'il faut résoudre dans les heures prochaines", a indiqué Danny De Raymaeker, membre du comité de direction de la banque, sur la chaîne de télévision RTL-TVi. "Les clients n'ont vraiment pas de soucis à se faire", a-t-il insisté.

Plusieurs journaux belge assuraient samedi que KBC avait demandé une recapitalisation de l'Etat belge avant lundi, à hauteur de 3,5 milliards d'euros. Et que des réunions étaient prévues tout le week-end pour trouver une solution avant l'ouverture des marchés lundi matin. "Le gouvernement examinera, en concertation avec les actionnaires, quelles actions sont, le cas échéant, nécessaires afin que la banque puisse répondre de manière adéquate à une situation exceptionnelle sur le marché financier", a indiqué de son côté le Premier ministre belge Yves Leterme à l'agence Belga.

M. De Raymaeker, dirigeant de la seule grande banque du royaume n'ayant pas eu recours au soutien de l'Etat belge ou d'établissements étrangers pour affronter la crise, participait samedi à un débat avec les trois autres grandes banques opérant dans le royaume, qui elles ont bénéficié de ce soutien et veulent rassurer leurs clients. "Venez chez nous, nous on travaille pour une relation à long terme et ce n'est pas la crise actuelle qui va nous empêcher de travailler pour cette relation à long terme avec les clients", a ainsi déclaré Peter Vandekerckhove, administrateur de Fortis Retail Banking Belgium sur RTL-TVi.

"On n'a plus de problèmes de liquidités. On est donc très rassurant pour nos clients et c'est ma première priorité, de rassurer, de restaurer la confiance de nos clients, j'y travaille presque jour et nuit avec mes collègues", a ajouté Stefaan Decraene, administrateur délégué de Dexia. "ING est une banque solide et bien armée pour aider les clients à faire face à cette crise", a assuré de son côté Erik Dralans, dirigeant d'ING Belgique.

Sur le même sujet