Chez Fortis, le débat est ouvert

Ils sont onze, tous membres de Fortis Banque. De retour du congé de la Toussaint, en début de semaine, ils se retrouvent avec une même impression: "leur" entreprise n’en finit plus de prendre des coups dans la figure. Dans la presse, ce sont encore et toujours les mêmes commentaires négatifs. C’en est trop! Réagissez sur notre forum

Chez Fortis, le débat est ouvert
©AP
P.-F.L.

Ils sont onze, tous membres de Fortis Banque. De retour du congé de la Toussaint, en début de semaine, ils se retrouvent avec une même impression: "leur" entreprise n’en finit plus de prendre des coups dans la figure. Dans la presse, ce sont encore et toujours les mêmes commentaires négatifs. C’en est trop! "Nous avions tous le même sentiment d’un fossé énorme entre l’image véhiculée dans l’opinion publique et la réalité des 25 000 collaborateurs du groupe. L’idée a alors été lancée de rédiger une lettre ouverte", expliquait vendredi à "La Libre" l’une des chevilles ouvrières de l’initiative.

Intitulée "En avant, pour vous et avec vous!", ladite lettre est lancée au sein de Fortis Banque le jeudi matin. "Ce vendredi soir, nous en étions déjà à plus de 6 400 signatures (NdlR: Fortis compte 25 000 collaborateurs en Belgique)" , se félicitait notre interlocuteur, rejetant au passage l’accusation d’une initiative "téléguidée" par le département communication ou ressources humaines du groupe. "C’est une démarche spontanée de gens qui estiment qu’ils méritent mieux que ce qu’on peut dire ou écrire à l’extérieur sur Fortis".

Le contenu et le ton de la "lettre ouverte" relèvent du plaidoyer à destination des clients de Fortis. Abattus par les événements, le personnel de Fortis? "Rien n’est moins vrai, peut-on lire dans la missive. Evidemment, personne ne va nier qu’il y a un malaise. Mais si vous pensez que nous perdons courage, vous nous connaissez mal". Plus loin, commentant les changements à venir sous l’égide de BNP Paribas, les auteurs assurent qu’ils continueront à servir les clients de Fortis "au mieux". Et d’ajouter: "Nous sommes plus motivés que jamais"

Malaise et colère

Le succès de la démarche ne doit pas cacher le malaise né chez de nombreux collaborateurs du groupe. "Rien n’est faux dans cette lettre ouverte, mais elle ne donne qu’une face de la médaille. Il aurait fallu dire toute la vérité", réagit un cadre. Beaucoup sont en effet ceux qui n’avalent pas la façon dont des (ex-) membres du management sont parvenus "à foutre par terre" une banque à laquelle "99 pc du personnel ont tout donné".

Après les Votron, Lippens ou autre Verwilst, la colère de nombreux employés de Fortis semblent désormais se cristalliser sur la personne de Filip Dierckx. Ce dernier, rescapé de l’ex-haute direction de Fortis, a été adoubé cette semaine par les Français de BNP Paribas. Il fera office de numéro2 du nouvel édifice bancaire belgo-français (M.Bonnafé, directeur général délégué de BNP Paribas, occupant le poste de numéro1). Et cela, chez Fortis, certains ne l’acceptent pas.