118 emplois délocalisés vers le Luxembourg

Au cours du Comité d'Entreprise qui s'est tenu ce jeudi après-midi à Luxembourg, la direction d'ArcelorMittal a confirmé que 6.000 emplois seraient concernés en Europe par le plan de départs volontaires lié à l'objectif de réduction des coûts. Ces pertes d'emplois n'ont cependant pas été ventilées, pays par pays.

BELGA

Des précisions sur le nombre de départs par pays seront communiquées ultérieurement aux conseils d'entreprise de chaque pays concerné. Tous les pays disposant de sites d'ArcelorMittal pourraient être touchés. La direction a confirmé que les départs volontaires concerneraient des "fonctions support" (liées au planning, aux ressources humaines, aux commandes, etc). Il s'agit donc d'emplois exercés par des employés.

Concernant la Belgique, la direction a cependant annoncé que 118 emplois du service "corporate", à Bruxelles, seraient délocalisés vers le Luxembourg et Paris. Ces emplois sont principalement occupés par des cadres. Du côté syndical, on déplore cette situation mais on remarque que "pour une fois, la misère est partagée par tout le monde". "On constate que la Wallonie n'est plus le parent pauvre d'ArcelorMittal", a ainsi souligné Georges Jespers (FGTB).

Une séance plénière du Comité européen d'ArcelorMittal est programmée le 10 décembre. Les syndicalistes européens, réunis au sein de la FEM, se réuniront également à la mi-décembre. Il n'est pas exclu qu'une grande manifestation européenne soit organisée à cette occasion.