La CSC manifeste chez Joëlle Milquet

Le syndicat chrétien CSC - et plus particulièrement son aile CSC Métal - a manifesté jeudi matin, devant le cabinet de la ministre de l'Emploi Joëlle Milquet (cdH), son inquiétude face à la "crise sociale" qui découle des crises financières et économiques.

Belga

Le syndicat chrétien CSC - et plus particulièrement son aile CSC Métal - a manifesté jeudi matin, devant le cabinet de la ministre de l'Emploi Joëlle Milquet (cdH), son inquiétude face à la "crise sociale" qui découle des crises financières et économiques.

Quelque trois cents militants, selon le syndicat, s'étaient déplacés pour demander au gouvernement de faire cesser "l'effet domino" des crises. Ils pointaient du doigt l'augmentation du chômage temporaire, la hausse des licenciements secs et la non-prolongation de nombreux contrats temporaires.

Le syndicat réclame des garanties pour les personnes victimes de cette conjoncture. Pour endiguer cette crise sociale, ils réclament du gouvernement qu'il mette tout en oeuvre, "de la même manière qu'il l'a fait pour garder la crise financière sous contrôle".

Une délégation a été reçue par le cabinet et est ressortie avec "le sentiment positif d'avoir été entendue", a indiqué Catherine Margraff (CSC-Métal).

Alors que les négociations sont toujours en cours au niveau de l'accord interprofessionnel, la ministre a notamment rappelé aux manifestants qu'un grand nombre de leurs demandes figuraient déjà dans le Plan emploi qu'elle a déposé.

Elle les a assurés, ajoute-t-elle dans un communiqué, de sa volonté de défendre, dans le cadre des discussions en cours au sein du gouvernement, avec les Régions et les partenaires sociaux notamment, des améliorations en matière de chômage économique, d'accompagnement lors des licenciements et restructurations ainsi que des améliorations concernant la situation des travailleurs intérimaires et temporaires, les engagements en matière de formation et de reconversion.

Mme Milquet a aussi évoqué la nécessité de diminuer les charges des entreprises et notamment celles concernant les travailleurs en équipes et en travail de nuit. Elle abordera avec le ministre des finances Didier Reynders la problématique des discriminations fiscales ciblées sur les chômeurs mariés dans certains cas déterminés.