"Je suis content que 2010 ait commencé car l'année 2009, pour nous, a été merdique", a déclaré Marc Descheemaecker, en référence à la crise économique et aux coûts énergétiques qui ont durement frappé la SNCB.

L'activité marchandises (B-Cargo) a vu son chiffre d'affaires être amputé d'un tiers par rapport à 2007 (-175 millions d'euros), dans le sillage de la récession. Parallèlement, les coûts de l'énergie de la SNCB se sont également envolés de 50 millions d'euros.

"L'activité cargo a besoin d'un sauvetage (...) Nous allons avoir l'accord de l'Europe. Nous devons conclure un accord social", a ajouté l'administrateur délégué, au sujet de B-Cargo.

Rare point positif pour la SNCB en 2009: le record de voyageurs enregistré sur le trafic intérieur, en hausse de 0,7%, à 207,6 millions de voyageurs. "La moyenne des compagnies ferroviaires européennes est de -3%", a encore souligné Marc Descheemaecker.

De son côté, le patron de la SNCB-Holding, Jannie Haek, a parlé de 2010 comme d'une "année charnière" et souligné l'importance pour la compagnie ferroviaire de gagner des parts de marché, d'avoir une base financière saine et d'améliorer la ponctualité. L'année 2009 a été mauvaise en terme de ponctualité, a-t-il reconnu.

5 priorités pour 2010

La ministre des Entreprises publiques Inge Vervotte a avancé mardi 5 priorités pour le groupe SNCB en 2010, parmi lesquelles une bonne collaboration entre les trois sociétés (SNCB, Infrabel, SNCB Holding) du groupe. Constatant que l'on ne peut revenir en arrière, à l'époque où la SNCB n'était constituée que d'une seule entreprise, la ministre a souhaité "une bonne collaboration au sein du groupe SNCB". "Une adaptation au niveau de la répartition des tâches (entre les trois sociétés, ndlr) ne doit pas être taboue si les objectifs ne sont pas rencontrés", a-t-elle déclaré lors de la réception de nouvel an du groupe SNCB.

Outre la sécurité, qualifiée de "priorité absolue", la ministre des Entreprises publiques a énoncé d'autres priorités pour la SNCB en 2010, comme la prise de mesures pour le trafic marchandises, lourdement touché par la crise. La filialisation de B-Cargo fait partie de ces mesures, a-t-elle souligné.

Les autres priorités sont l'assainissement financier de la SNCB, "qui doit sortir du rouge le plus vite possible", le maintien d'investissements importants dans le rail et la ponctualité. "Les chiffres de la ponctualité pour 2009 ne sont pas bons. Ne tournons pas autour du pot", a-t-elle reconnu.

Saluant les points positifs accomplis par la SNCB en 2009, Inge Vervotte a pointé la légère hausse du nombre de voyageurs, les travaux d'infrastructures, la site railtime.be qui permet à l'usager de connaître la situation d'un train en temps réel, ou encore les efforts entrepris pour faciliter l'accès des personnes à mobilité réduite.