Reynders ne s'attend pas à un "miracle", ni à un "désastre"

Le ministre belge des Finances, Didier Reynders, ne s'attend pas à un "miracle", ni à un "désastre total" dans le dossier Fortis, à quelques heures d'un vote crucial des actionnaires sur la cession de la banque à BNP Paribas. La cotation de l'action suspendue mercredi Dernières tentatives pour convaincre les petits actionnaires Bourse de Bxl: Fortis continue de s'enfoncerVideo: Interview de Georges UgeuxPosez vos questions sur l'AGVers notre dossier spécial

Reynders ne s'attend pas à un "miracle", ni à un "désastre"
©BELGA
BELGA

"Nous allons continuer à gérer le dossier exactement comme nous l'avons fait jusqu'ici", a-t-il déclaré à des journalistes, en marge d'une réunion avec ses collègues européens. "On a fait le maximum de ce qu'on pouvait faire".

"On tiendra compte de la décision de l'assemblée générale, mais personne ne s'attend à un miracle si la réponse est positive, ni à un désastre total si la réponse est négative", a ajouté le ministre.

Sur le même sujet