Modrikamen dénonce une "mascarade"

L'avocat Mischaël Modrikamen, dont le cabinet représente quelque 2.400 actionnaires de Fortis, a dénoncé une "mascarade" à l'issue du vote des actionnaires ayant approuvé à une majorité de 72,99% des voix l'adossement de Fortis banque à BNP Paribas.

BELGA

"Ma volonté est intacte, voire même renforcée car je trouve que ce qui s'est passé est un mépris innommable envers les actionnaires", a-t-il déclaré, parlant de "mascarade" au sujet du déroulement de l'assemblée générale. Selon Me Modrikamen, l'assemblée est entachée d'irrégularités.

L'avocat, qui envisage de ne pas se rendre mercredi à l'AG d'Utrecht, a toutefois indiqué qu'il devait faire le point ce soir pour savoir quelles suites juridiques donner aux événements. Selon son associé, Me Bonhivers, plusieurs démarches juridiques pourraient être entreprises comme une nouvelle action en suspension de l'AG, une action en annulation ou encore un recours contre la décision rendue mardi matin par le tribunal de commerce de Bruxelles en référé.

"On doit faire le point et voir qui se cache derrière ces hedge funds", a-t-il expliqué, ajoutant: "ce n'est pas la fin des actions judiciaires, c'est le début". Peu avant le vote, Me Modrikamen, accompagné de plusieurs dizaines d'actionnaires, avait quitté la salle où se déroulait l'assemblée générale des actionnaires pour protester contre que le refus du président de Fortis Holding d'une ultime proposition de l'avocat visant à procéder à deux votes: l'un reprenant tous les droits de vote, l'autre excluant les droits de vote litigieux, pour lesquels Fortis Holding avait reçu procuration.

Au cours de l'assemblée générale, l'avocat n'a cessé de dénoncer l'arrivée récente dans le capital de Fortis de "hedge funds" qu'il a qualifiés de "nouveaux amis plus exotiques les uns que les autres" du conseil d'administration de Fortis. Il n'a également cessé d'appeler à un vote de l'AG sur la validité des actions pour lesquelles Fortis holding avait reçu une procuration. "Sait-on que le troisième actionnaire de Fortis est un fonds des îles Caïman, avec 70 millions de titres et que le directeur général de ce fonds est un ancien inspecteur des Finances français siégeant dans de nombreux cénacles avec BNP", avait notamment interrogé Mischaël Modrikamen.

Selon lui, Fortis holding aurait dû faire une déclaration de transparence à la CBFA au sujet des actions pour lesquelles Fortis holding a reçu une procuration. "De vendredi à lundi derniers, entre 50 et 70 millions d'actions sont apparues. Il aurait été facile pour Fortis holding de faire une déclaration de transparence mais on a sans doute voulu éviter de mentionner les bénéficiaires économiques de ces actions", a conclu pour sa part Me Bonhivers.