L'AG d'Utrecht: 27% du capital représentés

L'assemblée générale des actionnaires de Fortis holding a commencé à Utrecht, mercredi peu après 10h45, au lendemain de l'assemblée générale de Gand qui a vu les actionnaires approuver à près de 73% l'adossement de Fortis banque à BNP Paribas. Edito: Fortis, que de perdants pour un gagnant ! Pas de vache sacrée pour Modrikamen Décharge niée aux ex-administrateursPDF: L'ordre du jour de l'AG d'Utrecht PDF: les enjeux d'une AG historiquePDF: les principaux recoursLes slides de la présentationL'AG en images Réagissez sur notre forum Vers notre dossier spécial Video: l'AG d'Utrecht en video

BELGA
L'AG d'Utrecht: 27% du capital représentés
©Photo News

Quelque 682 millions d'actions Fortis sont présentes ou représentées pour l'assemblée générale aux Pays-Bas, soit environ 27% du capital total, a-t-on appris auprès de Fortis holding. C'est davantage que pour l'AG de Gand, en vue de laquelle quelque 650 millions d'actions, soit environ 25% du capital de Fortis, avaient été préalablement déposées.

L'assemblée générale est présidée par Jozef De Mey, président du conseil d'administration de Fortis holding. En ouverture, M. De Mey est revenu succinctement sur les événements intervenus depuis le 11 février dernier et le refus, de justesse, par les actionnaires réunis à Bruxelles du précédent accord conclu avec BNP Paribas. Il a également rappelé l'arrêt de la cour d'appel de Bruxelles en vertu duquel tous les actionnaires de Fortis peuvent participer au vote sur l'accord avec BNP Paribas.

Comme à Gand, l'assemblée générale se compose d'une part d'une assemblée générale ordinaire, amenée notamment à se prononcer sur le nouvel accord conclu avec BNP Paribas, sur la nomination de nouveaux administrateurs et sur la décharge à l'ancien conseil d'administration, puis d'une assemblée générale extraordinaire qui se prononcera sur diverses modifications des statuts.

Meneur de la fronde contre la vente de Fortis banque à BNP Paribas lors de l'AG de Gand, qu'il a qualifiée de "mascarade", l'avocat Mischaël Modrikamen a annoncé dès mardi soir son intention de ne pas se rendre à Utrecht. De leur côté, Deminor et Test-Achats ont indiqué qu'ils se rendraient bien aux Pays-Bas.

L'AG se déroule dans le calme

L'assemblée générale des actionnaires de Fortis holding à Utrecht a débuté dans le calme, contrastant avec l'atmosphère électrique de l'assemblée générale de la veille, à Gand. Quelque 300 actionnaires sont présents aux Pays-Bas, soit un dixième de l'affluence enregistrée à Gand.

La séance de questions-réponses a été ouverte par un actionnaire regrettant qu'il ne soit pas fait mention des troubles qui ont lieu lors de l'AG de Gand. "Vous avez reçu des chaussures à la figure", a fait remarqué l'actionnaire à l'adresse de Jozef De Mey. L'actionnaire a également demandé que l'AG néerlandaise soit suspendue, ce qui a été refusé.

Prenant la parole au nom du cabinet de conseils Deminor, Charles Demoulin a regretté que les actionnaires néerlandais n'aient jamais pu se prononcer sur la cession des actifs néerlandais à l'Etat néerlandais et que le conseil d'administration de Fortis ait "choisi le camp" du gouvernement belge et n'ait pas contribué à la tenue d'un débat sur le sort de Fortis. "Nous estimons que les actionnaires devaient avoir la possibilité de faire un choix entre BNP Paribas et le stand alone", a déclaré le membre de Deminor.

Un membre de l'association néerlandaise VEB, favorable à l'accord renégocié avec BNP Paribas, a pour sa part appelé le conseil d'administration à appuyer l'action en justice intentée par VEB contre l'Etat néerlandais. Le CEO de Fortis holding Karel De Boeck a indiqué qu'il n'était pas exclu que Fortis intente une action contre l'Etat néerlandais mais qu'il convient d'attendre les résultats d'une expertise menée aux Pays-Bas.

Quelque 682 millions d'actions Fortis sont présentes ou représentées pour l'assemblée générale aux Pays-Bas, soit environ 27% du capital total, contre un peu plus de 25% du capital présent ou représenté à Gand. Pour être définitivement entériné, l'adossement de Fortis banque à BNP Paribas doit également recueillir une majorité de votes favorables à Utrecht.

Sur le même sujet