TGV fret : Alstom et Siemens entrent en piste

Le projet de construction d’une gare TGV avec des connexions ferroviaires sur le site de Liège Airport : le fameux projet Carex (Cargo Rail Express) poursuit sa route vers la concrétisation. Selon nos informations obtenues à bonnes sources, Alstom et Siemens ont proposé des rames de TGV fret.

TGV fret : Alstom et Siemens entrent en piste
©Reporters
Ph. Law.

Le projet de construction d’une gare TGV avec des connexions ferroviaires sur le site de Liège Airport : le fameux projet Carex (Cargo Rail Express) poursuit sa route vers la concrétisation. Selon nos informations obtenues à bonnes sources, Alstom et Siemens ont proposé des rames de TGV fret censées soulager les opérateurs de courrier express et ramener sur les rails du fret express ou à haute valeur ajoutée. "Les deux sociétés ont fait des offres qui, en termes de capacités, aboutissent à des résultats proches. Des questions complémentaires ont été posées pour affiner les solutions techniques. Alstom et Siemens sont attendus pour affiner les données techniques et les prix", lit-on dans un PV de réunion du 30 mars dont "La Libre" a eu connaissance.

La capacité proposée par les deux constructeurs est d’environ 120 tonnes par rame. Les deux constructeurs ont même avancé des dates de sortie des premiers trains à grande vitesse dédiés au fret ferroviaire. Siemens prévoit de livrer ses premiers trains pour fin 2012 et Alstom, pour 2013. Les promoteurs étudient trois hypothèses relatives à la propriété des rames : constituer une société pour prendre en leasing le matériel roulant avec une version dans laquelle le leasing serait fait en association avec un des deux constructeurs, l’autre option est de persuader les entreprises ferroviaires à acquérir les rames et s’associer pour les proposer en leasing aux opérateurs de fret express.

Une étude va être lancée sur l’organisation ainsi que l’optimisation des connexions et des transferts modaux entre le terminal TGV Fret et Liège Airport. Elle devra aussi dégager les services annexes susceptibles d’accroître l’attractivité commerciale et l’impact précis du projet en termes d’emploi. Budget dégagé : 30000 €. Les experts devront aussi répondre à d’autres questions sur Liège Carex : capacités et types d’entreposage et de conditionnement à prévoir autour du terminal, type de matériel/dispositif pour assurer le chargement et le déchargement des trains, normes de sécurité pour les marchandises (haute valeur ajoutée, produits dangereux, etc.). Le calendrier (provisoire ?) de livraison du rapport final de l’étude est fixé à fin octobre 2009. "L’étude doit être un outil d’aide à la décision pour l’aménagement de voies de circulation et de modalités de transfert de charges avec les équipements nécessaires. Elle devra livrer aussi les premières pistes pour l’affectation des terrains situés autour du terminal TGV Fret", indique le cahier de charges de l’étude.

Une étude, réalisée il y a un an par Ernst&Young, avait examiné quatre scénarios et chiffré l’investissement à environ 90 millions d’euros (hors subsides) dont 75 pc pour l’achat du matériel roulant et 5 pc seulement pour la construction du terminal. Le coût de fonctionnement annuel s’élevait à environ 9,3 millions dont 54 pc pour la location des sillons ferroviaires et 9 pc pour l’exploitation du terminal. Selon le scénario pessimiste et nonobstant les subsides, les experts étaient arrivés à la conclusion que le projet de TGV fret serait rentable après 20 ans et son taux de rentabilité, proche de 9 pc. Les investissements seraient remboursés après 17 ans. Des pré-études menées par les gestionnaires d’infrastructures ferroviaires en France (RFF) et en Belgique (Infrabel) ont montré la possibilité d’allouer des sillons au TGV Fret sur la ligne à grande vitesse Paris-Liège-Cologne. Mais un responsable de la Deutsche Bahn a indiqué aux Liégeois qu’une gare TGV Fret à Cologne n’était pas nécessaire en raison de la courte distance entre Liège et Cologne. Les investigations se tournent donc vers Francfort. D’autres liaisons sont envisagées notamment vers l’Angleterre et les Pays-Bas.