Existe-t-il une énergie idéale ?

Existe-t-il une énergie qu’on puisse produire et utiliser sans aucun inconvénient, une énergie sans défaut ? C’est peut-être ce que vous aimeriez savoir. Et de fait, on ne manque pas de nous dire tantôt que nous ferions mieux de passer complètement au nucléaire, tantôt aux renouvelables, tantôt au gaz naturel.

Existe-t-il une énergie idéale ?
©D.R.
Claude Mandil

Existe-t-il une énergie qu’on puisse produire et utiliser sans aucun inconvénient, une énergie sans défaut ? C’est peut-être ce que vous aimeriez savoir. Et de fait, on ne manque pas de nous dire tantôt que nous ferions mieux de passer complètement au nucléaire, tantôt aux renouvelables, tantôt au gaz naturel.

Eh bien, la triste vérité, c’est qu’il n’y a pas d’énergie idéale. Les énergies fossiles, c’est-à-dire le charbon, le pétrole et le gaz, seront épuisées un jour, et, en tout cas, elles polluent, même le gaz naturel qui n’est pas plus naturel que le charbon, et qui crée de l’effet de serre responsable du changement climatique. Le nucléaire produit des déchets et des risques de prolifération. L’éolien est intermittent et doit donc être couplé avec des installations de stockage de l’électricité, par exemple des barrages. De plus, il exige un renforcement des lignes à haute tension, et on aime de moins en moins son bruit et son atteinte aux paysages. Le solaire, encore très coûteux, n’est envisageable que dans des sites très limités. Les biocarburants rentrent en concurrence avec les autres usages du sol. L’hydrogène doit être produit à partir d’autres énergies.

Bref, rien n’est parfait. Alors, que faire ? Consommer moins d’énergie ? Certainement. Les économies d’énergie sont une vertu et une nécessité pour tous. Mais de nouveau, gardons-nous de dire qu’on peut ainsi régler tous les problèmes. Certaines difficultés nouvelles apparaissent, comme la collecte et le recyclage des ampoules à basse consommation, qui contiennent du mercure. Et puis, on aura beau économiser, on n’arrivera jamais à la consommation zéro.

Conclusion : une politique énergétique ne peut que faire des choix entre différents inconvénients. On a le droit de critiquer un gouvernement pour sa politique énergétique. Mais il est illusoire d’espérer qu’il pourra contenter tout le monde.


Claude Mandil, Ancien directeur général de l'Agence Internationale de l'énergie