Carrefour dopé par un plan d’économies

Le titre Carrefour a vivement progressé mardi à la Bourse de Paris. Le marché saluant une information diffusée par le "Figaro" selon laquelle le groupe de distribution préparerait un plan d’économies de plus de 2 milliards d’euros d’ici 2012. Depuis le début de l’année, le titre a pris près de 12 % alors que le CAC 40, indice phare de la Bourse de Paris, a reculé d’environ 3,50 %.

P.V.C. (avec Belga)

Le titre Carrefour a vivement progressé mardi à la Bourse de Paris. Le marché saluant une information diffusée par le "Figaro" selon laquelle le groupe de distribution préparerait un plan d’économies de plus de 2 milliards d’euros d’ici 2012. Depuis le début de l’année, le titre a pris près de 12 % alors que le CAC 40, indice phare de la Bourse de Paris, a reculé d’environ 3,50 %.

Le chiffrage global des économies n’est pas encore définitif mais il dépasserait un total de 2 milliards d’euros d’ici à 2012, affirme "Le Figaro" qui précise que Carrefour n’a pas souhaité commenter cette information. En mars, le groupe avait déjà annoncé des économies de coûts de fonctionnement de 500 millions pour 2009. "Ce chiffrage est ambitieux mais crédible. Il reste cependant théorique et la question qui se pose est celle de l’exécution d’un tel plan", soulignent des analystes de Natixis Securities dans une note. "Lars Olofsson (directeur général du groupe, NdlR) est déterminé à refondre l’organisation du groupe en France avec à la clé une baisse des coûts d’achat, des coûts logistiques, des coûts administratifs, des coûts de communication", rappelle de son côté Christian Devismes, analyste du CM-CIC Securities. "Quoi qu’il en soit, d’un point de vue boursier et à quelques jours de la journée des investisseurs (le 30 juin, NdlR), cette information devrait profiter au titre", selon Natixis Securities.

Sur son site internet, la rédaction du Figaro va plus loin cependant et évoque des propos tenus par le patron du groupe faisant état d’une refonte du fonctionnement du groupe au niveau mondial.

On peut évidemment se poser des questions sur les pressions que pourraient subir à terme les implantations belges du groupe français. Il y aura sans doute des réactions chez nous à ce propos dans les jours à venir, quelques mois après qu’aient filtré des rumeurs sur d’éventuelles fermetures de grands magasins. Le quotidien français a précisé que les 500 principaux cadres devaient participer hier à une réunion avec leur dirigeant. Celui-ci, un ancien homme fort de Nestlé, devant à cette occasion leur présenter son plan de rénovation de l’entreprise au travers de sept chantiers baptisés "initiatives".

Le groupe de distribution a réalisé au premier trimestre un chiffre d’affaires de 22,71 milliards d’euros, en baisse de 2,8 % (-4 % à magasins comparables).