WikiLeaks: les sites de Visa, MasterCard et Sarah Palin victimes de pirate

Les sites internet de Mastercard et Visa étaient perturbés mercredi par une attaque lancée par des partisans de WikiLeaks, qui ont également visé les sites de Sarah Palin, figure des ultra-conservateurs américains, et du sénateur américain Joe Lieberman.

WikiLeaks: les sites de Visa, MasterCard et Sarah Palin victimes de pirate
afp

Les sites internet de Mastercard et Visa étaient perturbés mercredi par une attaque lancée par des partisans de WikiLeaks, qui ont également visé les sites de Sarah Palin, figure des ultra-conservateurs américains, et du sénateur américain Joe Lieberman.

L'attaque informatique massive a été lancée par le groupe de pirates informatiques "Anonymous", qui a promis de s'en prendre à tous ceux qui auraient des "visées anti-WikiLeaks", lors d'une discussion en ligne avec l'AFP.

Le site Visa.com a été bloqué à 21H00 GMT et était toujours inaccessible vers 23H30 GMT. Visa n'a fait aucun commentaire sur la situation.

L'émetteur de cartes de crédit américain a annoncé mardi sa décision de bloquer tout paiement à l'organisation WikiLeaks, tout comme son concurrent MasterCard, dont le site semblait fonctionner vers 23H30 GMT.

"MasterCard a fait d'importants progrès pour la restauration de tous les services de son site internet", a indiqué la société dans un communiqué publié vers 20H00 GMT.

"Nos capacités de base de gestion (de transactions) n'ont pas été remises en causes et les données des détenteurs de cartes n'ont pas été compromises", a ajouté MasterCard, reconnaissant seulement une "interruption limitée" des services en ligne qu'il propose à ses abonnés.

En tout état de cause, les cartes peuvent toujours être utilisées pour "des transactions sécurisées à travers le monde", a assuré Mastercard.

"Anonymous" avait annoncé à 21H00 GMT sur Twitter le lancement d'une attaque coordonnée contre Visa. "Opération Riposte. CIBLE: WWW.VISA.COM :: FEU FEU FEU !!!", disait le message d'"Anonymous" sur Twitter, sous le nom d'usager Anon_Operation.

Plusieurs heures après le lancement de l'attaque, ce compte était à son tour inaccessible et le message suivant était visible: "Désolé, le compte auquel vous essayez d'accéder a été suspendu".

La page Facebook de l'"Opération Riposte" était également hors service. Un porte-parole du réseau de socialisation a indiqué à l'AFP que le site prenait des "mesures" contre les pages "encourageant des activités illégales".

Le site de Sarah Palin, candidate républicaine à la vice-présidence des Etats-Unis en 2008, a également été la cible d'une attaque d'Anonymous et est resté inaccessible environ six minutes, a indiqué Sean-Paul Carroll, un expert en sécurité informatique de Panda Security.

Mme Palin avait décrit le fondateur de WikiLeaks Julian Assange comme "un agent anti-américain avec du sang sur les mains".

L'expert en informatique a également indiqué qu'"Anonymous" avait perturbé le site du sénateur indépendant Joe Lieberman, qui avait demandé aux entreprises américaines de retirer leur soutien technique à WikiLeaks.

"Anonymous" a en outre revendiqué des attaques par déni de service, consistant à paralyser des sites internet avec une vague de connexions massive, contre Mastercard, PayPal -- qui a bloqué le compte de WikiLeaks-- et Postfinance, la filiale de services financiers de la Poste suisse, qui a fermé des moyens de paiements.