Austérité: "la Commission européenne n'est ni de droite, ni de gauche"

"La Commission européenne n'est ni de droite, ni de gauche", a affirmé lundi l'un de ses porte-parole, en réponse aux critiques syndicales sur les plans d'austérité convenus avec la Grèce et l'Irlande dans le cadre du sauvetage financier de ces deux pays.

Austérité: "la Commission européenne n'est ni de droite, ni de gauche"
©AP
AFP

"La Commission européenne n'est ni de droite, ni de gauche", a affirmé lundi l'un de ses porte-parole, en réponse aux critiques syndicales sur les plans d'austérité convenus avec la Grèce et l'Irlande dans le cadre du sauvetage financier de ces deux pays. La Confédération européenne des syndicats (CES) a dénoncé la semaine dernière "les diktats et les pressions émanant des fonctionnaires de la Commission européenne visant à réduire les salaires minima et les retraites, à atténuer les 'rigidités' salariales et à rendre les marchés du travail plus flexibles en Grèce et en Irlande".

Interrogés lundi, des porte-parole de la Commission ont rejeté ces accusations. Les plans d'austérité ont été négociés par la Commission "avec un mandat des Etats membres" et conclus "avec des gouvernements souverains", a insisté le porte-parole du commissaire aux affaires économiques, Olli Rehn. Les syndicats ont été impliqués aux différentes étapes du processus, a-t-il dit. "L'emploi est l'un des objectifs principaux des programmes grecs et irlandais", a-t-il ajouté.

"L'alternative est claire: soit nous continuons comme à présent, avec des pertes de compétitivité croissantes dans toute une série d'Etats membres, soit nous avons le courage politique de mettre en oeuvre des réformes structurelles qui peuvent éviter que l'Europe soit confrontée à une décennie de stagnation économique et donc de pertes chroniques d'emploi".

"La Commission n'est ni de droite, ni de gauche", a-t-il conclu. La porte-parole du président de la Commission, José Manuel Barroso, a abondé dans ce sens, en soulignant que l'exécutif communautaire "est composé d'une grande palette de tout le spectre politique, de gauche à droite".