L'Europe prête à aider le Portugal en cas de demande

L'Union européenne est "prête à intervenir" pour aider le Portugal s'il en fait la demande, et une aide serait "peut-être même utile", a indiqué jeudi le ministre des Finances belge Didier Reynders, avant un sommet européen à Bruxelles.

Belga
L'Europe prête à aider le Portugal en cas de demande
©Photo News

L'Union européenne est "prête à intervenir" pour aider financièrement le Portugal s'il en fait la demande, et une aide serait "peut-être même utile", a indiqué jeudi le ministre des Finances belge Didier Reynders, avant un sommet de l'UE à Bruxelles.

"On est évidemment prêts à intervenir et aider mais il faut d'abord une demande du Portugal", a déclaré M. Reynders, en marge d'une réunion du parti des Libéraux européens, précédant le sommet des dirigeants des 27 pays de l'UE.

"J'ai toujours pensé qu'il était peut-être même utile d'organiser une aide, simplement parce que ça permet de payer moins de charges sur la dette (...) et de moins demander d'efforts, parfois très lourds, à la population", a-t-il ajouté.

"S'il y a une demande du Portugal, nous nous tiendrons prêts à intervenir. Il faudra pour cela un plan" négocié avec le Portugal "pour revenir à une meilleure situation des finances publiques, et une demande d'activer le fonds européen", a-t-il encore insisté.

Les chefs d'Etat et de gouvernement se réunissent à partir de 16H00 GMT, pour adopter un arsenal de mesures contre les crises de la dette préparé depuis des mois, mais le sommet est bousculé par l'urgence portugaise. Le Premier ministre José Socrates a présenté mercredi soir sa démission, prenant acte du rejet à la chambre des députés, où son gouvernement est minoritaire, d'un nouveau programme d'austérité censé éviter au pays de demander l'aide internationale.

Les pays européens se préparent du coup à devoir débloquer à plus ou moins brève échéance des prêts en faveur du Portugal, dont les taux d'emprunt sur les marchés financiers grimpent fortement. Le montant d’une éventuelle aide au Portugal avait été estimé à environ 50 milliards à l'automne. Depuis, un haut responsable européen a évoqué un montant pouvant atteindre jusqu'à 100 milliards d'euros.

Le chef de l'opposition "espère" éviter un plan de sauvetage

Le chef du Parti social-démocrate portugais (PSD, centre-droit), Pedro Passos Coelho, donné favori en cas d'élections, a dit jeudi espérer que son pays puisse éviter de recourir à un plan d'aide financier tel que ceux octroyés à la Grèce et à l'Irlande.

Si le Portugal demandait une aide à l'UE, 75 mds EUR "appropriés"

Si le Portugal faisait appel à une aide européenne pour faire face à ses déficits publics, un montant de 75 milliards d'euros serait "approprié", a estimé jeudi sur la chaîne France 24 le le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker.

"Si jamais le Portugal devait demander un support européen, cet ordre de grandeur me paraît approprié", a déclaré M. Juncker, répondant à une question sur un éventuel plan de sauvetage de 75 milliards d'euros que pourrait apporter la zone euro à Lisbonne.

Tout en assurant que le Portugal n'avait pas encore formulé une telle demande, M. Juncker a indiqué ne pas pour autant l'exclure. Le Premier ministre José Socrates a présenté mercredi soir sa démission, prenant acte du rejet à la chambre des députés d'un nouveau programme d'austérité censé éviter au pays de demander l'aide internationale.

Plusieurs responsables européens ont exhorté jeudi le Portugal à maintenir l'objectif d'une forte réduction de son déficit, malgré la crise politique, se disant prêts si nécessaire à aider financièrement le pays, à l'instar de la Grèce et de l'Irlande en 2010. "On est évidemment prêts à intervenir et aider mais il faut d'abord une demande du Portugal", a déclaré le ministre belge des Finances Didier Reynders, avant un sommet des dirigeants des 27 pays de l'Union européenne prévu pour s'ouvrir vers 17H00 (16H00 GMT).

Les sommes évoquées pour un éventuel programme de prêts de l'UE et du FMI pour le Portugal vont jusqu'à 100 milliards d'euros. La Grèce avait reçu 110 milliards d'euros et l'Irlande 85 milliards d'euros.


L'euro en légère hausse malgré le Portugal L'euro était en légère hausse jeudi, porté par un mouvement de chasse aux bonnes affaires après avoir chuté mercredi soir, le marché craignant que le Portugal soit contraint de faire appel à l'aide financière européenne. Vers 07H00 GMT (08H00 à Paris), l'euro valait 1,4088 dollar contre 1,4083 mercredi vers 22H00 GMT. La monnaie européenne montait aussi face au yen, à 114,11 yens contre 113,98 yens mercredi. Le dollar était en hausse face à la devise nippone à 81,00 yens contre 80,94 yens la veille. La monnaie unique européenne, qui avait atteint mardi son plus fort niveau depuis début novembre, à 1,4249 dollar, avait plongé mercredi soir face à la situation politique au Portugal. Pour les analystes, le refus mercredi du parlement d'accepter le plan d'austérité décidé par le Premier ministre José Socrates, provoquant sa démission, risque d'entraîner la pays dans le sillage de la Grèce et de l'Irlande. Si Lisbonne est contraint de demander l'aide de ses partenaires européens, cela porterait un coup à la fragile reprise de la zone euro, estiment-ils. Mais malgré ces problèmes, les investisseurs restent convaincus que l'euro restera une valeur refuge à long terme et ils ont profité des bonnes affaires en achetant la devise européenne, a indiqué à l'AFP Simon Teo, courtier de Phillip Futures à Singapour. "Il semble que les investisseurs à long terme restent optimistes sur l'euro car il est resté au dessus du seuil psychologique de 1,40", a-t-il précisé dans un rapport. Vers 07H00 GMT, la livre britannique baissait face à l'euro à 86,76 pence pour un euro et était stable face au billet vert à 1,6236 dollar. La monnaie helvétique baissait face à la monnaie européenne à 1,2824 franc suisse pour un euro, et baissait face au billet vert à 0,9103 franc suisse pour un dollar.


Sur le même sujet