Une restructuration de la dette grecque coûterait 1,2 md à BNP Paribas

Une restructuration de la dette grecque coûterait environ 1,2 milliard d'euros à la banque française BNP Paribas, première banque de la zone euro, a indiqué mercredi le directeur général, Baudouin Prot.

Une restructuration de la dette grecque coûterait 1,2 md à BNP Paribas
© AP
AFP

Une restructuration de la dette grecque coûterait environ 1,2 milliard d'euros à la banque française BNP Paribas, première banque de la zone euro, a indiqué mercredi le directeur général, Baudouin Prot. "Si la dette grecque était réévaluée en prenant pour référence les prix de marché de la fin du mois de mars, ceci coûterait à BNP Paribas environ un euro par action, alors que notre actif net par action est de 57 euros", a déclaré M. Prot à la radio BFM Business.

La dépréciation nécessaire dans les comptes de la banque atteindrait donc 1,2 milliard environ, selon les calculs de M. Prot. "C'est un impact qui serait tout à fait absorbable pour BNP Paribas compte tenu du caractère modéré de nos expositions sur ces pays et de la grande solidité de nos fonds propres", a-t-il ajouté.

Soutenue par de nombreux économistes et acteurs de marché, l'idée d'une restructuration de la dette grecque a pris de l'ampleur depuis que le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schaüble, a suggéré de mettre en place de "nouvelles mesures" si l'austérité en vigueur ne suffisait plus.

Les grandes banques françaises détiennent quelque 8 milliards d'euros de dette souveraine grecque sur un total de dette de quelque 340 milliards d'euros. Elles sont avec les banques allemandes parmi les principales créditrices de ce pays, loin derrière la BCE (Banque centrale européenne).

M. Prot a précisé que l'exposition de son groupe aux trois pays les plus fragiles de la zone euro, la Grèce, l'Irlande et le Portugal, atteignait 6,7 milliards d'euros.