Crise: 41% des Belges pensent que le pire est encore à venir

Quatre Belges sur dix (41%) pensent que les pires conséquences de la crise économique et financière actuelle sont encore à venir, soit une diminution de 5 points par rapport à l'an dernier, selon un sondage Eurobaromètre publié jeudi par la Commission européenne.

Crise: 41% des Belges pensent que le pire est encore à venir
©Reporters
BELGA

Quatre Belges sur dix (41%) pensent que les pires conséquences de la crise économique et financière actuelle sont encore à venir, soit une diminution de 5 points par rapport à l'an dernier, selon un sondage Eurobaromètre publié jeudi par la Commission européenne. Au niveau de l'ensemble de l'UE, ce sont 47% des sondés qui pensent que le creux de la vague est encore devant nous, selon cette vaste étude d'opinion paneuropéenne menée chaque année au printemps.

Seuls 44% (-1 en un an) des Européens pensent d'ailleurs que l'Union européenne a agi de manière efficace face à la crise, contre 60% des Belges (+4). Par ailleurs, et malgré le tumulte politique interne, la moitié des sondés en Belgique (50%, soit une hausse de 4 points en un an) jugent que leur gouvernement -même démissionnaire- a géré de manière efficace les tumultes de l'économie.

Interrogés sur l'institution la plus à même de faire face efficacement à la crise, les Européens placent l'UE en première place (22%), devant leur gouvernement national (20%), le Fonds monétaire international (15%) et le G-20 (14%).

Les Belges plébiscitent, eux, davantage l'UE (29%) mais renversent le reste du quarté, citant en deuxième place le G-20 (20%), puis le FMI (18%) et enfin leur propre gouvernement (17%).

Mené au mois de mai dernier auprès de quelque 31.000 Européens -dont un gros millier de Belges-, le sondage montre enfin un soutien populaire grandissant en faveur de la création d'une taxe sur les transactions financières en Europe, une idée actuellement à l'étude au sein de la Commission européenne.

Soixante-cinq pc des Européens (et même 68% de Belges) appuient son instauration, soit une progression de 4 points en un an.

Sur le même sujet