3 QUESTIONS À Anthony Heukmes

Gérant d’IntoTheWeb (http://intotheweb.be). A 26 ans, Anthony Heukmes fait partie de cette génération qui surfe avec son iPhone plus vite que son ombre. Devant le potentiel énorme que représentent les applications mobiles, ce diplômé en informatique a décidé de prendre part à cette déferlante impulsée par Apple en créant, avec son frère, IntoTheWeb. Rencontre avec un jeune entrepreneur liégeois qui crée des sites Internet depuis l’âge de quinze ans.

L.F.

Gérant d’IntoTheWeb (http://intotheweb.be). A 26 ans, Anthony Heukmes fait partie de cette génération qui surfe avec son iPhone plus vite que son ombre. Devant le potentiel énorme que représentent les applications mobiles, ce diplômé en informatique a décidé de prendre part à cette déferlante impulsée par Apple en créant, avec son frère, IntoTheWeb. Rencontre avec un jeune entrepreneur liégeois qui crée des sites Internet depuis l’âge de quinze ans.

En un an d’existence, IntoTheWeb a généré 80 000 euros et créé trois emplois. Quel potentiel représentent les applications mobiles ?

Selon moi, dans les prochaines années, les applications mobiles vont être aussi indispensables aux entreprises que les sites Internet. Inexistant il y a encore deux ans, ce marché devient une véritable manne financière. Les chiffres donnent vraiment le tournis : il y a environ 200 millions d’appareils iPad dans le monde, et le nombre d’applications mobiles téléchargées devrait atteindre 17,7 milliards cette année, selon le cabinet américain de marketing Gartner. Celui-ci affirme que les revenus générés par ce marché de miniprogrammes informatiques devraient plus que doubler en 2011, soit arriver à 15 milliards de dollars. Les avantages des appareils mobiles sont multiples : ils sont en permanence connectés, les prix des abonnements 3G se démocratisent et ils offrent de gros atouts en matière de géolocalisation, puisque l’on peut en permanence situer l’appareil. Cela ouvre plein de possibilités !

Vous venez de présenter votre nouvelle application grand public, MobileResto. De quoi s’agit-il ?

Notre premier client était un restaurateur luxembourgeois qui souhaitait disposer d’une application permettant à ses clients de réserver en ligne. De là a démarré notre "filière restaurant", avec des applications pour iPhone, iPad ou Android créées en connexion avec une plateforme luxembourgeoise et permettant de retrouver tous les restaurants du Luxembourg grâce à la géolocalisation. Dans la foulée, nous venons de créer une toute nouvelle plateforme avec pour première cible les restaurateurs belges. Ceux-ci vont pouvoir créer eux-mêmes leur application mobile, sans passer par nos équipes. Notre objectif est que ce type de produit puisse, à terme, générer des revenus réguliers pour la société.

Quels sont vos défis pour les mois à venir ?

Tout d’abord, ma vision de l’entreprise est de rester une petite société, de m’entourer d’une dizaine de personnes au maximum et de créer une équipe qui me ressemble. C’est-à-dire avec des gens passionnés, avides de découvertes et créatifs. Comme toute jeune société, notre premier défi est de confirmer cette première année et demie d’existence en continuant à toucher de nouveaux clients. Pour le moment, nous ne faisons pas beaucoup de prospection, car nous avons la chance d’être dans un secteur en plein boom. Nous sommes actuellement une des agences en Wallonie qui a le plus de références à montrer. Nous pouvons donc nous reposer sur le bouche-à-oreille et nous concentrer pleinement sur le côté technique. Mais la concurrence va très probablement s’intensifier. Ce qui signifie que nous allons devoir améliorer notre communication et promouvoir davantage nos produits et services. Par ailleurs, nous allons également devoir faire face aux nombreuses plateformes en train de se développer. Dans un domaine qui évolue très vite, cela implique que nous allons constamment devoir nous tenir à jour et apprendre de nouvelles technologies.

Sur le même sujet