Dexia: Banque nationale et FSMA défendent leur rôle devant des parlementaires sceptiques

Le gouverneur de la Banque nationale de Belgique (BNB), Luc Coene, et le président de l'Autorité des services financiers et des marchés (FSMA), Jean-Paul Servais, ont défendu mercredi le rôle de contrôle joué par leur institution respective sur le groupe franco-belge Dexia.

Dexia: Banque nationale et FSMA défendent leur rôle devant des parlementaires sceptiques
PVC

Le gouverneur de la Banque nationale de Belgique (BNB), Luc Coene, et le président de l'Autorité des services financiers et des marchés (FSMA), Jean-Paul Servais, ont défendu mercredi le rôle de contrôle joué par leur institution respective sur le groupe franco-belge Dexia, démantelé début octobre, mais suscité de nombreuses questions de la part des députés.

Les crises successives qui ont frappé le groupe ont coûté dix milliards d'euros aux contribuables belges, a rappelé le député Georges Gilkinet (Ecolo) au cours d'une audition de M. Coene et Servais devant la commission des finances et du budget de la Chambre.

Plusieurs élus ont demandé aux deux responsables s'ils avaient à un moment ou un autre prévenu le gouvernement belge des difficultés rencontrées par Dexia, victime de produits financiers hasardeux malgré un premier sauvetage en 2008.

La banque franco-belge Dexia SA, créée en 1996, a été démantelée le 10 octobre, avec le rachat de la branche belge de banque de détail, Dexia Banque Belgique (DBB), par l'Etat belge pour quatre milliards d'euros, devenant la première banque européenne victime de la crise de la dette qui frappe la zone euro.