La Chine à l'aide du Fonds de secours de la zone euro

La Chine est prête à abonder le Fonds européen de stabilité financière (FESF), principal instrument pour enrayer la crise de la dette dans la zone euro, ont indiqué mercredi des diplomates européens avant un sommet des dirigeants européens à Bruxelles.

La Chine à l'aide du Fonds de secours de la zone euro
©AFP Internet
AFP

La Chine est prête à abonder le Fonds européen de stabilité financière (FESF), principal instrument pour enrayer la crise de la dette dans la zone euro, ont indiqué mercredi des diplomates européens avant un sommet des dirigeants européens à Bruxelles. "La Chine est pour" abonder le Fonds en créant une entité autonome d'investissement (spin-off), a dit un diplomate sous couvert de l'anonymat. Les autres puissantes émergentes (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) n'ont "pas encore" indiqué s'ils participeraient à ce fonds, a-t-il ajouté.

L'Argentine a clairement indiqué qu'elle ne participerait au sauvetage de la zone euro, a dit un autre diplomate. Les diplomates n'ont pas précisé à quelle hauteur devrait s'élever la participation de la Chine. Le directeur du FESF, Klaus Regling, est attendu à Pékin vendredi, à l'issue du sommet, a par ailleurs annoncé la délégation de l'Union européenne à Pékin.

Les chefs d'État et de gouvernement européens pourraient décider mercredi soir d'élargir le Fonds de secours de la zone euro à des investisseurs externes. Les marchés attendent des gestes forts du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union monétaire à Bruxelles, qui s'ouvrira dans la soirée après un sommet des 27 pays de l'Union européenne. Mais les espoirs de voir un accord d'envergure sont minces en raison des divergences persistantes entre Européens.

Les dirigeants européens doivent notamment éviter à tout prix la contagion de la crise de la dette grecque à l'Italie et l'Espagne, en particulier en trouvant un moyen d'augmenter la force de frappe du FESF, doté d'une capacité de 440 milliards d'euros jugée insuffisante pour répondre à la crise.

Mercredi, le quotidien China Daily a indiqué que les pays émergents et notamment la Chine étaient d'accord pour participer à un fonds de secours européen via le Fonds monétaire international


Le chef du Fonds européen de stabilité financière (FESF), Klaus Regling, se rendra à Tokyo ce week-end en pleine crise de la dette, a-t-on appris mercredi auprès de la délégation de l'Union européenne au Japon. Un responsable de la délégation a toutefois précisé à l'AFP qu'il ne s'agirait "pas d'une visite officielle". M. Regling doit se rendre auparavant, vendredi, à Pékin, pour discuter de l'endettement en Europe avec des responsables chinois.

Sur le même sujet