La tour flamande qui exaspère M. Wathelet

Le torchon brûle entre Melchior Wathelet, secrétaire d’Etat à la Mobilité (CDH) et le ministre de l’Aménagement du territoire flamand, Philippe Muyters (N-VA).

La tour flamande qui exaspère M. Wathelet
©D.R.
Raphaël Meulders

Le torchon brûle entre Melchior Wathelet, secrétaire d’Etat à la Mobilité (CDH) et le ministre de l’Aménagement du territoire flamand, Philippe Muyters (N-VA). L’objet du litige ? Une imposante tour (94 mètres de haut) faisant partie du projet "Uplace", l’immense shopping center prévu à Machelen dans les années à venir. Selon Melchior Wathelet, cette tour, située "dans la périphérie immédiate de l’aéroport de Bruxelles-National", représente un "sérieux obstacle à la navigation aérienne". Ce qui n’a pourtant pas empêché le gouvernement flamand d’accorder déjà plusieurs permis (dont celui d’urbanisme) au projet.

D’après Philippe Muyters, des contacts "informels" entre les promoteurs de Uplace (menés par Bart Verhaeghe, le président du FC Bruges), Belgocontrol et Brussels Airport Company ont ainsi conclu qu’une diminution de la hauteur de la tour à 82 mètres "ne poserait pas de problèmes" pour la navigation aérienne. Mais ces contacts informels sont totalement insuffisants, selon Melchior Wathelet. "Il faut arrêter de rire, explique-t-il. Si chaque citoyen, parce qu’il a un contact informel favorable, considère qu’il a déjà son permis d’urbanisme en poche, on va avoir un sérieux problème en Belgique".

Plus grave, selon M.Wathelet, le gouvernement flamand et les promoteurs n’ont demandé aucune autorisation ou avis à la DGTA (Direction générale du trafic aérien), comme le stipule la loi (circulaire GDF-03). M. Muyters estime même qu’il n’a pas à respecter cette procédure et que les avis qu’il a reçus "suffisent". "Il dit que rien ne l’oblige à contacter la DGTA. Mais où va -t-on ? Qui est responsable de la sécurité aérienne, lui ou moi ?", bondit Melchior Wathelet qui a envoyé, le 1er février dernier, une lettre "ni méchante, ni destructrice" au ministre flamand sur le sujet. Philippe Muyters, "qui n’a jamais répondu au courrier", a fait savoir, via différents médias, qu’il maintenait sa position.

Du coup, Melchior Wathelet va réagir. "Je suis en train d’analyser les initiatives juridiques à prendre pour faire respecter la sécurité aérienne. C’est inquiétant, on prend en otage l’aéroport de Bruxelles-National. On ne peut laisser construire des obstacles autour des couloirs aériens", poursuit-il.

Ce n’est pas la première fois que le projet Uplace rentre dans la controverse. Pour rappel, le gouvernement flamand possède un accord de "Brownfieldconvenant", dénoncé par Groen !, avec les promoteurs. D’après le député Hermes Sanctorum (Groen !), le projet devrait, en outre, coûter des "dizaines de millions" d’euros au contribuable flamand. "Kris Peeters l’a encore reconnu ce mardi", explique-t-il.