L'Union économique et monétaire: un outil de solidarité "limitée"

Dans l’esprit des quatre présidents, la capacité financière pourrait "faciliter les ajustements aux chocs affectant seulement certains pays en permettant qu’ils soient absorbés dans une certaine mesure au niveau central"

OleB
L'Union économique et monétaire: un outil de solidarité "limitée"
©AFP internet

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a présenté le rapport intérimaire sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire qui sera soumis aux dirigeants des Vingt-sept, lors du sommet européen des 18 et 19 octobre. Préparé avec le concours de MM. Barroso, Draghi, Juncker (respectivement président de la Commission, de la Banque centrale européenne et de l’Eurogroupe) le texte détaille notamment la proposition de création de "budget de la zone euro", précédemment avancée par le Belge.

Précision utile : cette "capacité budgétaire" n’est en rien liée au cadre budgétaire européen 2014-2020 actuellement négocié par les Vingt-sept. N’en déplaise aux Britanniques "qui rêvent de transférer une partie du budget européen au budget de la zone euro" - et donc de réduire la contribution du Royaume-Uni, commente une source diplomatique.

Dans l’esprit des quatre présidents, la capacité financière pourrait "faciliter les ajustements aux chocs affectant seulement certains pays en permettant qu’ils soient absorbés dans une certaine mesure au niveau central". Mais elle ne ferait pas doublon pour autant avec le Mécanisme européen de stabilité (MES), fraîchement mis en place, qui reste destiné aux situations de crise.

Ce dont il est ici question est de créer "une forme limitée de solidarité budgétaire", avec "des éléments de partages de risques [ ] structurés de manière qu’ils ne conduisent pas à des transferts (financiers) entre pays [ ]". Ou comment avancer sur le terrain miné de la mutualisation des dettes souveraines, sans aborder frontalement le sujet des euro-obligations dont l’Allemagne ne veut pas entendre parler. Néanmoins, le texte avance la possibilité que cette capacité financière puisse faire des emprunts et envisage la création d’un Trésor européen, "avec des capacités budgétaires bien définies".

L’autre fonction de cette capacité financière serait de "faciliter les réformes structurelles (menées par un État de la zone euro) qui augmentent la compétitivité et le potentiel de croissance" dans le cadre d’une politique économique intégrée.

Quid de l’ampleur de ce budget et de la répartition des contributions entre les Dix-sept ? "On n’en a encore aucune idée", ajoute la même source diplomatique.

Sur le même sujet

Angela Merkel va "tout faire pour aider l’Europe"

Angela Merkel va "tout faire pour aider l’Europe"

Consommation. La chancelière allemande Angela Merkel a affirmé jeudi à Berlin qu’elle souhaitait "tout faire" pour soutenir la consommation en Allemagne afin d’aider l’économie européenne à sortir de la crise. "Quand nous avons un déficit public largement sous les 3 %, c’est aussi notre devoir de faire quelque chose pour la relance de l’économie en Europe. Nous voulons tout faire pour que chez nous la consommation intérieure se porte bien", a-t-elle déclaré, lors d’une conférence de presse. Les principaux instituts de recherche économique ont dressé un tableau morne de l’économie allemande jeudi, la crise de la zone euro finissant par avoir un impact sur la première économie d’Europe, qui jusque là faisait des envieux par sa résistance. Ces instituts -l’Ifo à Munich, l’IfW à Kiel, l’IW à Halle et le RWI à Essen- ont divisé par deux leur prévision de croissance pour 2013, à 1%, contre 2% auparavant, et celle de 2012, à 0,8%, contre 0,9% anticipé au printemps. Avec ces chiffres, "nous sommes vraiment loin devant au niveau européen", a estimé Mme Merkel, "mais nous sentons aussi que l’effondrement des économies dans plusieurs pays de la zone euro nous touche naturellement... l’Allemagne n’est pas déconnectée". "Nous pouvions jusqu’à présent bien résister grâce à une consommation intérieure renforcée ces dernières années. L’Allemagne ne peut être un bon moteur que dans la mesure où les autres suivent", a-t-elle conclu. (AFP)

Entreprises & Start-up