La recapitalisation de Dexia à l'ordre du jour du Comité restreint

Des négociations sont actuellement toujours en cours avec la Commission européenne, mais aussi avec la France sur la répartition de ce montant.

AFP
La recapitalisation de Dexia à l'ordre du jour du Comité restreint
©AFP

La recapitalisation de la banque résiduaire Dexia s'est invitée mardi à la table du Comité ministériel restreint qui tente de boucler le budget 2013. Le dossier a été mis à l'agenda de la réunion par le ministre des Finances.

"Le ministre des Finances Steven Vanackere a communiqué à ses collègues du Comité restreint mardi après-midi, un état de la situation du dossier Dexia", selon un communiqué du ministre.

Il précise qu'il a été question en particulier des discussions en cours avec la Commission européenne et la France, discussions que la Belgique "veut finaliser dans un délai raisonnable".

"L'objectif reste de convenir, avec la Commission et les autres Etats, d'un plan de restructuration durable qui aura un impact aussi réduit que possible sur les finances publiques belges", conclut le communiqué.

La publication des résultats trimestriels de Dexia est attendue le 7 novembre. On devrait alors connaître le montant qui sera nécessaire pour la recapitaliser. Selon les chiffres qui circulent, il faudrait entre 5 et 7 milliards d'euros.

Des négociations sont actuellement toujours en cours avec la Commission européenne, mais aussi avec la France sur la répartition de ce montant. Le Premier ministre Elio Di Rupo et le ministre des Finances auraient été chargés de prendre contact avec leurs homologues respectifs Jean-Marc Ayrault et Pierre Moscovici.

Dexia a engagé un plan de démantèlement depuis fin 2011.

Sur le même sujet

Dexia : l’Etat belge encore sollicité

Dexia : l’Etat belge encore sollicité

Mauvaise semaine pour le gouvernement fédéral : alors qu’il doit trouver 3,7 milliards d’euros pour boucler son budget 2013, le climat social s’est détérioré de manière brutale ces derniers jours dans notre pays, avec coup sur coup l’annonce de pertes d’emplois massives, d’abord chez Ford Genk, ensuite chez Duferco. Et pour corser le tout, un autre dossier commence à nouveau à donner des sueurs froides aux membres de l’équipe fédérale : celui de Dexia, dont les besoins de financement sont criants. De sources gouvernementales, on murmurait hier soir qu’une décision devait être prise avant le 5 novembre pour recapitaliser Dexia. Coût de l’opération avancé pour l’Etat belge : entre 2 et 4 milliards d’euros. Si aucune décision officielle n’a donc encore été prise par le gouvernement sur ce dossier empoisonné, on s’agiterait pas mal en coulisses pour tenter de déminer ou tout cas d’atténuer les effets de cette charge supplémentaire sur les finances publiques belges. Car ces 2 à 4 milliards d’euros ne viendraient pas s’ajouter aux 3,7 milliards d’euros à trouver sur le budget 2013. Il s’agirait pour l’Etat belge de lever ces fonds en augmentant son seuil d’endettement public, ce qui aura évidemment des conséquences sur le remboursement, pendant plusieurs années, des charges d’intérêt. Mais avant cela, la Belgique devra convaincre les autorités européennes que cette opération n’aura pas d’impact sur son... budget 2013. Le temps presse visiblement pour renflouer le paquebot Dexia. Un paquebot toujours à la dérive. Récemment encore, Karel De Boeck, son patron, avait évoqué l’éventualité d’une recapitalisation. "Chaque jour qui passe nous rapproche de l’échéance, puisque Dexia continue de perdre de l’argent. Nous planchons donc sur une augmentation de capital", avait-il déclaré dans la presse début octobre. Ajoutant : "Nous étudions différents modèles." A l’époque, Karel De Boeck avait évoqué comme échéance la fin cette année ou le début 2013. Les choses seraient donc en train de s’accélérer... Une recapitalisation par l’Etat belge ne sera possible qu’après un accord avec l’Etat français et l’Etat luxembourgeois, également impliqués dans Dexia - devenue une "banque résiduelle" chargée d’actifs toxiques, dissociée de la banque d’épargne Belfius, elle, saine - depuis l’opération de sauvetage du groupe franco-belge en 2008. Et dans ce dossier, la France met la pression : la nouvelle banque des collectivités locales, née d’une collaboration entre la Banque postale et la Caisse des dépôts, doit être opérationnelle fin janvier, ce qui suppose de "régler" le cas Dexia. Fin janvier, c’est précisément aussi l’échéance fixée par la Commission européenne sur la légalité du système des "garanties temporaires" octroyées par les trois pays pour financer Dexia. Bref, ce dossier brûlant est entré dans sa dernière ligne droite. Et la recapitalisation de Dexia est un moindre mal pour l’Etat belge qui, faut-il le rappeler, est exposé à hauteur de 60 % des garanties sur des financements plafonnés à 90 milliards d’euros. Le risque - à ce stade "virtuel", faut-il le préciser - est donc de 54 millards d’euros si Dexia n’était plus en mesure demain de rembourser ses dettes. 54 milliards, c’est 15 % du produit intérieur brut belge ! En recapitalisant Dexia, l’Etat belge entend éviter bien ce scénario catastrophe.

Entreprises & Start-up
Les banques belges recadrées

Les banques belges recadrées

L’agence de notation Moody’s a délivré une mauvaise note au secteur bancaire belge. Les perspectives de l’agence restent négatives pour les 12 à 18 mois à venir en ce qui concerne KBC, Belfius, BNP Paribas Fortis et ING Belgique. D’une manière générale, l’environnement devrait rester négatif en Belgique. Notre pays, tourné vers les exportations, est vulnérable à l’évolution de la crise de la zone euro. Cette situation devrait donc impacter les banques qui évoluent dans un marché au ralenti. En outre, selon Moody’s, la crise de la zone euro risque d’affaiblir la liquidité et le financement des banques belges. "Etant donné l’importante interconnexion entre dette souveraine et banques, une perception négative de la dette belge affecterait l’accès des banques au financement", détaille l’agence. Actuellement, la dette belge est notée Aa3 avec une perspective négative. Etant donné la domination des quatre banques sur le marché belge, un scénario de sauvetage serait nuisible pour les finances belges. D’après Moody’s, la qualité des actifs détenus par les banques belges devrait légèrement se détériorer en raison de l’affaiblissement de l’environnement macro-économique. Le portefeuille de prêts domestiques devrait être touché. Concernant la rentabilité des banques, Moody’s s’attend à ce qu’elle baisse en raison des marges d’intérêt plus faibles et des coûts de crédit plus importants. Cependant, les charges issues de l’héritage du passé (soutien de l’Etat) devraient diminuer, ce qui réduira la volatilité des résultats.

Entreprises & Start-up