Les achats groupés séduisent aussi... les francophones

L’initiative de Test-Achats a fait 152 000 émules et celle de Greenpeace 12 000. Electrabel a vu sa part de marché revenir de 60 à 51 % en un an en Flandre.

Ariane van Caloen
Les achats groupés séduisent aussi... les francophones
©Johanna de Tessières

C’est ce qui s’appelle un coup d’essai gagnant. Ils ont en effet été 152 000 - dont de nombreux francophones - à s’être inscrits au premier groupement d’achat national en énergie (gaz et électricité) lancé début septembre par Test-Achats. Les trois fournisseurs retenus sont Lampiris, Eneco et Octa+, soit trois outsiders actuellement très en pointe sur le marché. "C’est très bien pour Eneco de faire partie des gagnants même s’il est dommage que Test-Achats se soit uniquement focalisé sur le prix de l’énergie et pas sur l’aspect vert", nous a expliqué Christophe Degrez, CEO d’Eneco Belgium. Qui se réjouit de faire "une percée en Wallonie" grâce à son offre axée sur les contrats d’électricité à un an.

"Les enchères constituent presque toujours l’offre la moins chère du marché, soit de façon absolue, soit à conditions égales. L’économie par rapport aux tarifs standards de fournisseurs par défaut se situe entre 15 et 20 %, soit des montants jusqu’à 150 € pour l’électricité seule, et jusqu’à 500 € pour la combinaison gaz et électricité", souligne le communiqué publié par Test-Achats.

Les participants doivent encore confirmer leur choix. Ceux qui y gagneront le plus sont ceux qui n’avaient toujours pas signé un contrat et payaient dès lors le tarif dit "standard" chez les fournisseurs historiques, à savoir Electrabel et accessoirement Luminus. En d’autres mots, Electrabel, qui avait participé à l’adjudication de Test-Achats, va encore perdre des clients. Les derniers chiffres de la Vreg (le régulateur flamand du marché de l’énergie) montrent que la filiale de GDF Suez a vu sa part de marché en électricité dans la clientèle résidentielle reculer de 9 % depuis un an pour revenir descendre à 51,37 % fin septembre 2012.

Dans les 152 000 participants, il y a, semble-t-il, beaucoup de francophones. Ce qui n’est pas étonnant dans la mesure où le système du groupement d’achat est neuf à Bruxelles et en Wallonie contrairement à la Flandre.

On peut d’ailleurs faire le même constat pour l’achat groupé pour de l’énergie verte lancé il y a quelques semaines par Greenpeace et La Ligue des Familles, qui sera clôturée le 19 novembre. "Jusqu’à présent, il y a 12 000 participants dont une majorité de francophones" , nous a expliqué Arnaud Collignon, conseiller chez Greenpeace.

On se souviendra que le lancement du groupement d’achat de Test-Achats avait suscité une polémique suite à la révélation de la commission de 25 euros demandée par l’association de consommateurs. De quoi évidemment irriter les fournisseurs qui appréhendaient une réduction de leurs marges. Même si tous les groupements d’achat y ont recours. A commencer par iChoosr, un acteur clé en Flandre. Test-Achats a donc rectifié le tir, se contenant de demander 5 euros par compteur (avec différentes possibilités de rétrocession) auxquels il faudra ajouter la commission perçue par le partenaire technique (Prizewise) qui sera de 10 euros, nous a assuré Philippe Ponsart.