L'UE a été "naïve" dans ses accords commerciaux internationaux

Comment ouvrir les fenêtres de son économie sans que les autres fassent la même chose? Comment ne pas jouer le "jeu de l'idéologie ultralibérale"? Le Commissaire européen Michel Barnier regrette les choix de l'Europe.

AFP
L'UE a été "naïve" dans ses accords commerciaux internationaux
©AFP Internet

Le commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, a admis mardi que l'Europe avait été "naïve" dans les accords commerciaux avec certains pays comme la Chine.

"Oui, l'Europe a été naïve. Oui, l'Europe a joué le jeu de l'idéologie ultralibérale", a déclaré M. Barnier à Radio classique. "Dans ce grand vent ultralibéral, on a cru que nous pouvions ouvrir toutes nos portes et toutes nos fenêtres, sans que les autres fassent la même chose", a-t-il regretté.

Le commissaire européen, qui s'est dit attaché à une "économie sociale de marché compétitive", a cependant rejeté le protectionnisme comme solution. "Si nous sommes repliés derrière nos frontières nationales, nous sommes chacun et tous foutus", a-t-il affirmé.

"Il ne s'agit pas de fermer nos marchés ou de se replier. Il y a des millions d'emplois en France qui dépendent de l'exportation. Il s'agit d'obtenir que les autres ouvrent réciproquement leurs marchés", a-t-il déclaré. La semaine dernière, son collègue, le commissaire au Commerce Karel de Gucht, avait critiqué le "protectionnisme" du ministre français du Redressement productif, Arnaud Montebourg. "La Chine c'est un milliard de consommateurs. Il faut obtenir de la Chine que nos échanges soient équitables", a déclaré M. Barnier, qui s'en est pris à des "souverainistes qui voudraient fermer l'économie française", sans citer M. Montebourg.