Un budget européen "irréaliste"

Lundi, la présidence chypriote de l'UE a présenté un projet de budget 2014-2020 avec l'objectif de réduire "d'au moins 50 milliards d'euros" les demandes de la Commission européenne.

AFP
Un budget européen "irréaliste"
©AFP internet

La Suède a mardi vivement critiqué la proposition de budget présentée par la présidence chypriote pour la période 2014-2020, la jugeant "irréaliste" et estiment qu'elle ne tient pas compte de la situation économique.

La proposition "est irréaliste. Elle doit être revue à la baisse", a dit le Premier ministre Fredrik Reinfeldt à l'agence de presse suédoise TT.

"En des temps d'austérité, le budget de l'UE ne doit pas croître. Nous devons faire trois à quatre fois plus de coupes dans cette proposition pour stabiliser les contributions des états membres", a indiqué la ministre des Affaires européennes, Birgitta Ohlsson, dans un communiqué.

"Aucun accord ne sera possible sur la base de coupes de seulement 50 milliards d'euros", a-t-elle poursuivi.

Lundi, la présidence chypriote de l'UE a présenté un projet de budget 2014-2020 avec l'objectif de réduire "d'au moins 50 milliards d'euros" les demandes de la Commission européenne, qui proposait en juillet un projet de budget en hausse de près de 5% par rapport à la période précédente.

En outre, "la Suède ne peut pas accepter que la valeur de notre rabais soit réduite" alors même que la Politique agricole commune (PAC) est exclue des mesures d'économie, a affirmé la ministre.

L'Europe "a besoin d'investir dans la croissance afin de pouvoir concurrencer les Etats-Unis, la Chine et l'Inde. Cette proposition fait le contraire", a déploré Mme Ohlsson.

Le chef du gouvernement suédois a toutefois refusé d'agiter la menace d'un veto. "Nous continuons notre dialogue avec les contributeurs nets qui ont la même visions que nous", a-t-il dit à TT.

La Suède reste opposée à une réduction de son rabais. Stockholm en bénéficie, tout comme le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Autriche et les Pays-Bas, au prétexte que ces pays financeraient sinon une part jugée disproportionnée du budget.

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé début octobre vouloir mettre son veto à une hausse du budget de l'UE, jugée "inacceptable". Jeudi, le Premier ministre danois avait annoncé être prêt à mettre son veto également sauf à obtenir un rabais sur sa contribution.

Le budget européen doit être discuté lors d'un sommet extraordinaire de l'UE des 22 et 23 novembre.

Sur le même sujet