Etre un senior (int er)actif

Parce que les gens plus âgés ont encore peu de connaissances en informatique ou sont équipés mais éprouvent beaucoup de difficultés à se servir de leur ordinateur; parce qu’ils se sentent de plus en plus dépendants pour la réalisation de certaines tâches ménagères; parce qu’ils ont envie de communiquer avec leurs enfants et petits-enfants qui, de plus en plus souvent, utilisent des moyens de communication que les seniors ne maîtrisent pas ou mal; parce qu’ils souffrent d’une pathologie chronique qui demande un suivi régulier, comme le diabète ou l’hypertension; et, surtout, parce qu’ils souhaitent rester le plus longtemps dans leur domicile. C’est pour toutes ces raisons qu’est né le Compagnon digital, commercialisé par la société CareSquare, une spin-off du Cetic (Centre d’excellence en technologies de l’information et de la communication agréée par la Région wallonne) fondée en janvier 2012 avec un capital de départ de 360 000 €. Mais encore ?

A.Ma.

Parce que les gens plus âgés ont encore peu de connaissances en informatique ou sont équipés mais éprouvent beaucoup de difficultés à se servir de leur ordinateur; parce qu’ils se sentent de plus en plus dépendants pour la réalisation de certaines tâches ménagères; parce qu’ils ont envie de communiquer avec leurs enfants et petits-enfants qui, de plus en plus souvent, utilisent des moyens de communication que les seniors ne maîtrisent pas ou mal; parce qu’ils souffrent d’une pathologie chronique qui demande un suivi régulier, comme le diabète ou l’hypertension; et, surtout, parce qu’ils souhaitent rester le plus longtemps dans leur domicile. C’est pour toutes ces raisons qu’est né le Compagnon digital, commercialisé par la société CareSquare, une spin-off du Cetic (Centre d’excellence en technologies de l’information et de la communication agréée par la Région wallonne) fondée en janvier 2012 avec un capital de départ de 360 000 €. Mais encore ?

C’est un écran tactile doté d’une interface spécifique et simplifiée, élaborée en collaboration avec des chercheurs de l’UCL experts en ergonomie. "Sans clavier ni souris, convivial et sécurisé" , comme l’explique Sébastien Rousseaux, directeur et cofondateur de CareSquare. Le système propose un agenda électronique, qui peut être partagé, l’envoi et la réception simplifiée de courriers électroniques (e-mails classiques ou sous format vocal) et la vidéoconférence Skype via une interface simplifiée. Il se présente aussi comme un compagnon de divertissement : partage de photos, accès aux actualités, jeux et navigateur Internet sécurisé et d’utilisation aisée. C’est aussi un parfait "majordome" qui aide à réserver les transports, appeler qui de droit pour les réparations urgentes, se faire livrer des courses, etc.

Et puis, il permet également d’assurer aisément un suivi médical à domicile. CareSquare a ainsi développé des fonctions inédites dans le domaine. Connecté avec des appareils médicaux "communicants" comme une balance ou un tensiomètre, le Compagnon digital permet la prise de mesures "online". Il offre aussi des questionnaires médicaux adaptés aux patients; il analyse et gère les informations recueillies et génère des alertes via une plate-forme d’assistance médicalisée qui va réagir en collaboration avec le médecin traitant. Et Sébastien Rousseaux de préciser : "La problématique du maintien des personnes âgées à domicile a été l’objet de plusieurs projets depuis de nombreuses années dans le cadre des activités du Cetic . Vu l’absence de solution complète et satisfaisante, nous avons décidé d’en faire un produit et le commercialiser au sein de CareSquare." Qui achète les écrans (MSI) et y intègre son logiciel. Le Compagnon digital est en vente depuis quelques semaines chez CareSquare (www.caresquare.com) et le sera prochainement à travers un réseau de partenaires (qui seront annoncés sur le site). Au prix de 840 € pour l’ordinateur simplifié. On peut aussi choisir l’assistance médicale, acquérir les appareils médicaux compatibles et faire activer l’abonnement mensuel à la plate-forme d’assistance (39 €). Ou tout louer.

"Nous avons enregistré nos premières commandes" , se réjouit Sébastien Rousseaux qui travaille seul, mais peut s’appuyer sur deux consultants en marketing (subventionnés à 75 % par la Région wallonne) et les équipes de développeurs et techniciens du Cetic et de Bizdev, ce qui fait une dizaine de personnes en tout. "Nous espérons en vendre une petite centaine d’ici la fin de l’année et entre 750 et 1 000 l’an prochain. Avec une approche BtoB via des entreprises, comme l’organisation d’assistance aux personnes Touring, avec laquelle nous collaborons actuellement au sein d’un projet pilote."