Electrabel annonce une baisse de ses tarifs

En fonction des contrats, mais appliquées pour tous ses clients, les baisses pourraient être importantes. Une diminution de 200 à 400 euros par an est évoquée.

Belga
Electrabel annonce une baisse de ses tarifs
©Belga

Electrabel va baisser ses tarifs au 1er janvier 2013, jusqu'à 10% en dessous des prix gelés en ce qui concerne l'électricité et jusqu'à 16% pour le gaz. Un ménage pourra ainsi voir sa facture globale baisser de 200 à 400 euros par an, a annoncé mardi le CEO du fournisseur d'énergie, Sofie Dutordoir, lors d'une conférence de presse. Il s'agira d'une baisse automatique et immédiate, qui concernera tous les clients peu importe leur contrat, a souligné Mme Dutordoir, qui a également assuré que les hausses des prix de l'énergie survenues sur les marchés durant le gel des prix ne seront pas répercutées.

Le fournisseur d'énergie va par ailleurs appliquer de nouveaux paramètres d'indexation qui prévoient un découplage des prix du gaz et du pétrole à partir du 1er janvier 2013, "au bénéfice du client", et appliquer des baisses pour les 20% de clients qui n'ont jamais fait le choix d'une offre commerciale.

Electrabel, qui indique avoir perdu en 2012 300.000 clients en ce qui concerne l'électricité et la moitié pour le gaz, espère que ces baisses de prix lui permettront d'en récupérer un certain nombre.

Mme Dutordoir a également annoncé un plan d'économies à partir de 2013. Au niveau de l'emploi, la CEO a concédé que le personnel d'Electrabel sera "moins nombreux en 2015", sans donner davantage de précision. La maison-mère d'Electrabel, GDF Suez, compte réaliser un milliard d'euros d'économie en Europe.

Electrabel revendique 3,2 millions de clients en Belgique.

Test-achat: "une bonne nouvelle et un signal pour les autres fournisseurs"

L'annonce faite mardi par Electrabel selon laquelle le fournisseur d'énergie historique allait diminuer ses tarifs et ne pas répercuter les hausses de prix sur les marchés sur ses clients après la période de gel qui s'achève le 1er janvier 2013 est une "bonne nouvelle" et doit être considéré comme un "signal" par les autres fournisseurs, estime Test-Achats. "Le secteur de l'énergie a rarement été aussi actif qu'en ce moment", se réjouit Test-Achats. "Les consommateurs, davantage sensibilisés, comparent et agissent. Le succès des groupements d'achats et la suppression des indemnités de rupture sont autant de facteurs qui ont pesé sur le marché. Et mis la pression sur les fournisseurs."

L'organisation de défense des consommateurs a réalisé une comparaison, selon laquelle les réductions de prix d'Electrabel varient de 185 à 230 euros par an pour l'électricité et le gaz cumulés, alors que le fournisseur historique annonçait une économie de 200 à 400 euros. "Même si le positionnement d'Electrabel sur le marché s'améliore grâce à ces réductions, nos simulations montrent que le contrat EnergyPlus reste aujourd'hui 10 à 16% plus cher que les contrats équivalents les plus intéressants. Le contrat FixPlus se positionne avantageusement par rapport aux formules fixes équivalentes, mais reste 3 à 7% plus cher que les formules que nous conseillons", constate Test-Achats.

Electrabel a annoncé mardi une baisse de ses tarifs au 1er janvier 2013, jusqu'à 10% en dessous des prix gelés en ce qui concerne l'électricité et jusqu'à 16% pour le gaz.

Le ministre de l'Economie, Johan Vande Lanotte, estime également qu'il s'agit d'un "bon signal", a-t-il fait savoir par la voix de son porte-parole.

Sur le même sujet

Dette belge au-dessous de la barre des 100 % du PIB

Dette belge au-dessous de la barre des 100 % du PIB

Les 3,45 milliards d’euros - trois milliards d’aides publiques et une prime de 450 millions - que KBC remboursera avant la fin de l’année au gouvernement n’auront aucune influence pour le budget de l’Etat fédéral, mais doivent permettre d’aider à maintenir la dette sous le seuil des 100 % du PIB, a indiqué lundi le porte-parole du ministre des Finances, Rik Otten. Ce montant sera bien intégré aux tableaux du budget. Mais il ne peut, selon les règles européennes, être pris en compte dans le budget 2012, a précisé Rick Otten. L’opération aura toutefois une influence sur la dette de l’Etat. Ces 3,45 milliards d’euros représentent environ 1 % du Produit intérieur brut (PIB). Le remboursement accéléré devrait permettre d’aider à maintenir le niveau de la dette sous les 100 % du PIB. Ce seuil symbolique risque, en effet, d’être franchi en raison de l’augmentation de capital de Dexia : l’Office européen des statistiques (Eurostat) a fait valoir récemment que les 2,9 milliards d’euros à emprunter par la Belgique pour l’augmentation de capital de Dexia devaient être inscrits dans le budget 2012. En raison de la crise financière et économique, la dette belge a recommencé à croître. Elle atteignait 84 % du PIB en 2007 mais a grimpé à 97,8 % en 2011. Elle risque de franchir cette année le seuil des 100 % du PIB en raison de la recapitalisation de la banque Dexia en cours de démantèlement, alors que les critères de convergences (ou "critères de Maastricht") interdisent en principe d’avoir une dette publique supérieure à 60 % du PIB.

Entreprises & Start-up